DSC06573__1_

 Ce fut un accord !  D'entre l'aile assortie aux bleuités de la  mer et la proximité de l'oiseau, dans ce théâtre en plein ciel où toutes les beautés convolent, voici une poésie - récit très près du coeur ; elle est dédiée aux Petits-Enfants 

!


Comme la nuit en plein jour
céruléenne
la mer intensément dense
hersée de rochers épars
brise
abandonne à la dérive des pensées
d'étranges lueurs marines
de mouvantes et fulgurantes émeraudes

Un puffin cendré
calligraphie sur l'azur
ses lettres de noblesses
Arabesques lumineuses
louant un rituel nitescent
Je le reconnais
de plus en plus confiant
à son vol pur et précis          au ras des flots
quand il s'enivre de la résille pétillante et écumeuse des écueils
Je l'ai depuis nommé

 

" Ange-Puffin "
évolue autour d'un drôle d'oiseau
 cela lui plaît
Ce voltigeur affectionne les vagues
il en explore tous les creux    les galbes et les pentes soyeuses
avant que de se laisser emporter sous le vent
au gré des fortes rafales
Imprévisible       presque furtif
c'est une présence qui naît      familière
qui anime un champ de crêtes et de moutons innombrables
comme il hante un  sillage éperdu

Ce jour de printemps hâle grand frais d'ouest
Le migrateur
dans sa superbe ailée
le petit Albatros est  bien de ce monde
souverain
Sa foi inintexguible
le porte aux jeux de l'aisance
et de la survie
dès qu'il s'élance de la haute nichée    depuis les falaises de craie

Il rejoint l'essaim      au loin
un ballet ciselé d'ailes blanches
puis revient
ose   plane virevolte  sans concéder un seul coup d'aile
près de la côte
en s'appuyant contre le vent
à l'intime d'un sillage secrètement partagé
je vogue comblé de vérités
en ce décor irréel
La scène est rare et  fascine

§