ANGE_PUFFIN_

De si près, en tête de mât, le Puffin Cendré devenu très familier, reconnaît  son étrange nautonier ! Mais lisez plutôt ;  des mots, une expérience  que rien n'égale ; il ressemble étrangement à l'Albatros, en plus petit, virtuose des airs, éminemment sociable et à la fois solitaire, il parcourt des distances considérables sans donner un seul battement  d'aile. Le côtoyer de si près est un pur bonheur... A " Ange-Puffin ", mon ami ! Agrandissez les images ...

 

 

A l'envers de tes ailes albâtre
que le jais de l'encre et la cendre
délinéent
à tes yeux cernées de khôl
que je vois inspirés
sain oiseau
Puffin cendré
séraphin de l'azur
en  ce vol sublimé
voilà que nous traversons l'orbe
l'ellispse enivrée
du jeu et de la folie

Subreptice
à mon vent   tu surgis
la bourrasque
renverse les cieux 
et tu renais
de l'arc-en-ciel   à mon sillage
en te fondant
à la pulvérulence neigeuse des vagues

Délires   affusions
ondoiement de cristal
lorsque tu musiques ainsi le réel
Au coeur du monde du silence
qu'arde un vrai rayonnement
 redevenons 
 humbles pèlerins 

Tu me rejoins toutes les fois
en cet univers qui s'architecture
qui n'est que de l'instant
appendu 
aux révélations de l'Azur
si près du saint essaim migratoire
de la vérité
des ailes

!

MARIN  -  De Passage  - 

ANGE_PUFFIN_II_