DSC07335

L'eau  de nos cours d'eau, c'est la mer en devenir, le ciel à portée de la main, une manne céleste. Ne l'oublions jamais. Redonnons vie  à tous les cours d'eau, du ruisseau aux fleuves des embouchures et des rivages lacustres, afin que se développe  et s'épanouisse la Vie, du  végétal à l'homme et aux animaux.

 

Je vous écris depuis  ces lits de torrents dont les vasques reflètent  tous les ciels ; célestielles mannes que  les cours d'eau dévalant des cimes  et chus des étoiles. Une eau pure  et cristalline chantonne entre les rochers, pressée de recouvrer la mer, avant que de  reprendre son envol vers les nuages. Une eau qui abreuve la terre, sans fin, depuis les sources  et les nappes cachées. Une eau, sève de la terre et des arbres merveilleux qu'elle abreuve !...

Quels mystères président au miracle de l'eau ? Du rus au ruisseau,  du torrent  au fleuve dont ont aurait souhaité le cours et les berges  immaculés, épargnés, aux lits toujours féeriques  des ondines  et des dryades de nos contes pour enfants, l'eau  évoque la vie...

ÉLUS //   ATTENTION ! 

L'eau  sera à court terme plus précieuse  que les ors noirs, jaunes et blancs  car elle viendra inexorablement à manquer. De cette manne, il faut en préserver  toutes les sources et les épanchements naturels que drainent nos versants...

Chaque cours d'eau répertorié doit recouvrer la physionomie que nos anciens suivaient de très près et  entretenaient ; c'est là un impératif, une obligation pour chaque commune qui ne peut déroger  à ce principe vital majeur. Il  y a toujours quelque chose d'utile et de providentiel à tirer partie de l'eau, des flux naturels qui empruntent ainsi  leurs cours depuis des siècles.

On ne peut imaginer et laisser sales, encombrées, les rives et les profondeurs de TOUS  nos cours d'eau. Les marges de nos saisons se prêtent à un entretien  salutaire et sanitaire. Plus encore en milieu urbain ou péri-urbain, en plaine. Ce sont des endroits privilégiés à nettoyer  et à préserver   afin que l'eau de pluie courent  librement  vers la mer en portant depuis la haute  montagne ce  lot inestimable  de substrats et d'éléments  susceptibles d'habiller nos côtes et nos rivages.

C'est là un point capital qui devrait  justement endiguer les probables ou certaines montées des  eaux de la mer suite aux dérèglements climatiques que nous observons.  

ÉLUS

Réagissez, à tous les niveaux. Les gros barrages ne sont plus la panacée ni d'actualité, de surcroît  sur un petit territoire  comme le nôtre. 

 

DSC07320

Hélas, en aval de maints cours d'eau, les berges de nos cours d'eau majeurs, splendides ont été défigurés, enlaidis,  souillés, détournés, encombrés en dépit  de toute logique, de tout bon sens éco-cytoyen ! Une catastrophe environnementale alors que nous devrions  y trouver des lieux de baignades, une infrastructure touristique parfaitement intégrée, attrayante, valorisant   la fin de vie du  fleuve par le biais de pratiques culturelles adaptées et  propres, d'espaces réserves, etc ...! Mais quels gâchis, ÉLUS , ne trouvez-vous pas ? Puissiez-vous  intervenir  ...?

 

DE POSSIBLES ET NOUVEAUX  MOYENS

 

Si nous devions penser stockage de l'eau, en prévision d'étés  de plus en plus secs et longs,  - d'autant que cette année  2017  semble menaçante quant aux indices pauvres et précoces de pluviométrie  insulaire-,

il convient d'ores et déjà de  concevoir de petites unités de stockage répondant aux besoins locaux :  soit des structures parfaitement intégrées aux cadres naturels et n'impactant en rien le cours physique de l'eau.

 Réalisées à moindres coûts, après études  d'impact sur l'environnement et le paysage, utilisant parfaitement les dessins et les ressources du terrain, de tels équipements permettraient de repenser le réseau insulaire d'eau disponible, de nouvelles capacités de réserves judicieusement   disséminées  sur le territoire  insulaire, selon les spécificités des Micro-Régions, en fonction de la demande saisonnière,  " économique ",   touristique et,  bien évidemment,  en  cas de sécheresse exceptionnelle.

Nous évoquons par là des bassins de stockage de l'eau de pluie, distribués en étages, totalement fondus dans le décor naturel, parfaitement circonscrits et proportionnés selon des normes environnementales strictes, répondant à un cahier des charges drastique.

De  telles structures devant être conçues de telle sorte à assurer  les besoins de la population et, en cas de  sur cotes  et de crues, capables de délester les surplus  en empruntant d'anciens  cours d'eau  existants et le plus souvent totalement envahis aujourd'hui.

Notre Île est un château d'eau fabuleux ! Tout laisser partir à la mer est une hérésie. Les barrages actuels ne suffiront plus. Nous devons justement compter  sur un réseau magnifique de cours d'eau, petits et grands, d'un point de vue économique mais aussi touristique.

Notre cadre de vie se révélerait alors plus beau, agréable, sain, apaisant, aménagé à partir de la valorisation de l'eau et des territoires urbains et  ruraux. L'eau, c'est  la vie ; pensons à l'oasis dans le désert !

CORSICA...GO56