DSC07585

 

 

L'Empreinte, le Pied laissé dans le granit

 Agrandissez les Clichés

 

Terre-Mère, Ciel-Père,  les Titans, les Titanides, fils et filles d'Ouranos et de Gaia auraient  bati ce qui sous nos yeux défile toujours, en se revendiquant des fleuves, de l'eau, du soleil, de l'aube, des flots marins, des étoiles, des enfers de l'Hadès, de la lune !

Épiphanie originelle des dieux, divinités primordiales  qui préfigurent les hôtes de l'Olympe, la tutelle légendaire du Dieu des dieux ...! Mais de l'aube des rivalités ? 

Un dédale, un labyrinthe de blocs cyclopéens et de volutes minérales figées, en équilibre précaire. Sisyphe préfiguré, qui sait : heureux ? ...

Des tombants qui depuis la haute montagne toute  proche honore  la mer de son arène blonde, de   ces ors granitiques ouvragés et sculptés.

Dévalements  ont ici valeur de temps, d'éternité, d'instant, de perles roulées ! 

Des empreintes de pas colossales se détachent sur  l'Azur des ciels empyrées. Un regard de pierre les aurait figées sertissant le cri  terrifiant de douleur de la créature des dieux, du géant et du cyclope  pris dans la tourmente des légendes,  des millénaires, de la jalousie souveraine des dieux.

A y regarder de près, l'érosion étonne, sidère, interroge... Encore une  fois l'errance  théogonique livre quelques secrets promis à l'oubli et à la dislocation, lorsque la termitière humaine, le spectre du béton s'en  empare et détruit tout sur son passage.

Il demeure ici et là quelques îlots, un récit métaphorique à ciel ouvert que l'imaginaire semble retrouver, délivrer des multitudes de siècles d'histoire et  de préhistoire.

Comment appréhender, interpréter ce que le temple de la Nature parfait depuis la création, la genèse, l'instant de l'expansion ? Terrifiant flottement, entre  temps et espace qui nous définit, nous interpelle et donne  sitôt comme un sens à l'existence ? Nous passons, ils demeurent et s'impreignent de présence.

Soif d'allégories ! Un univers où la matière résonne, libère  l'écho du destin, du hasard, de la nécessité ;  sur la voie des Muses, gardons précieusement ce jardin secret où apparaissent indéfiniment, au gré des jeux d'ombres et de lumières, entre terre et mer, les silhouettes fantomales d'Océan et de Téthys...

Ici, se sentir comme chez soi et de n'avoir jamais cessé de louer Ouranos et Gaïa

MARIN  

DSC07582