LIBRE-OPINION  

 

UNE COMPLICITÉ QUI SERT LE SYSTÈME ÉTABLI 

 

Voici d'excellents complices !... Surtout, ne pas passer en  Canicule ! On joue sur  les mots, nous le savons déjà et depuis longtemps. Ils, Statisticiens et Météorologues, évitent et  contournent habillement le  "  Catastrophisme ", toujours très Climatosceptiques, férus d'objectivité chiffrable  pour caresser dans le sens du poil les tenants en marche du pouvoir,  de l'oseille et des marchés.

Aux Stats, on leur fait tout dire, surtout avant  les élections ; question de paramétrages, d'angles de vues, de prise en compte des données de la vie de l'atmosphère sur  Terre. C'est un peu  comme les logiciels et les limites de l'intelligence artificielle. Les programmateurs codifient, câblent l'information, finalisent cibles,  réseaux et  connexions et le tour est joué. Les décideurs usent et nagent en eaux troubles ...

Ainsi de l'excellence numérique irréfutable pour tout  ce qui concerne les circuits intégrés, les nouvelles commandes et opérations  que la mémoire et l'esprit humain ne sauraient  certes traiter dans les mêmes temps, mais voilà un  contexte  qui s'avère également très dangereux quant aux Feed-Back négatifs et aux manipulations de circonstances que l'opérateur  peut initier, parfois contre son gré,  quelque soient  les champs d'investigations et de recherches, les organes de décision en amont.

Mais des STATS, de ce vieil outil brandi et clamé par  ses utilisateurs zélés qui  vont contre l'argumentation observable, l'univers sensible des choses, ce qui dans les faits se montre pourtant irréfutable  :  qu'en est-il ?  

Les STATS, comme ces mondes froids et cyniques à qui  veut masquer, travestir  le réel, l'orienter  là où le commun se perd et ne démasque plus les subterfuges !

 

DÉBAT ET RÉALITÉ SONT ANTINOMIQUES 

 

 

En matière de données météorologiques, cela devient très préoccupant, parce l'une et l'autre approche, dites scientifiques, collaborent pour  teinter d'euphémisme et de relativité ce qu'il se passe  sur tous les fronts du Réchauffement, du Dérèglement, de l'Accident Climatique Majeur que nous connaissons avec  de plus en plus d'acuité et d'écarts aux prévisions établies ...

Graphiques,  études, courbes, pourcentages et relevés, durées  d'études et d'investigations, zones géographiques appréhendées, saisons investies, prospectives et extrapolations saisonnières,modélisations : 

Les outils ne cessent de se multiplier, de se complexifier ! Maishélas !  les températures montent, les glaciers et la banquise fondent, les  mers gonflent, lacs, fleuves, mers  intérieurs s'assèchent, les pluies se raréfient mais  inondent et ravagent  tout en un jour, l'été gagne sur le printemps et l'automne, des territoires entiers sur la planète imposent  aux hommes, aux nomades, aux  éleveurs l'exode  climatique irréversible !

METTRE AUX PAS ET AUX NORMES L'OPINION 

 

Températures suffocantes, allant crescendo, suivant  des poches et des îlots géographiques, avant  qu'elles ne s'étendent à tout le pays en atteignant des sommets, sur la durée, en intensité.

Tout cela bien sûr n'est que  du domaine de la normale ; on évoque des hausses moyennes, un seuil à ne pas dépasser mais déjà terriblement préjudiciable, soit ! Mais qu'en  est-il de ces régions entières où les records menacent depuis  et encore une fois les populations à risques.

Déjà Juin et des arrêtés préfectoraux à la pèle signifiant maintes restriction de l'usage de l'eau. 

Certaines zones géographiques, certaines villes peuvent afficher des valeurs supérieures à 10 - 15  ° C  de hausses diurne de températures au-dessus des normales. Non, cela n'est pas recevable, fût-il à la hauteur  d'un département, d'une région !  Il faut entrer dans le moule des courbes,  graphes, des tableaux, des moyennes rédhibitoires et exclusives.

Tout cela fausse la donne, les prospectives en actes et les mesures qu'il nous importe de prendre au plus vite afin d'éviter  les catastrophes sur le terrain. 

 

QUELQUES FAITS 

Il devient impossible de se tenir au soleil en certains lieux, impossible de rester à l'ombre et à l'extérieur ! Nos anciens s'alarment, nous voulons dire les plus âgés ! Du jamais vu, ressenti, dans cette version durable et tenable des chaleurs excessives, sans une seule goutte d'eau, tel le Sahel en sécheresse ! 

Nous sommes bien,  sous nos latitudes, sous l'influence du climat tempéré !... Peut-être, ou bien il fut un temps, avant la révolution industrielle. Des semaines à la campagne sans une seule goutte de rosée, des ciels délavés et chauffés à blanc, l'ozone règne en maître, des couches et des strates de pollutions inamovibles exacerbent les rayons d'un soleil mordant qui terrasse, qui menace la santé dès les premières heures du jour.

Tout le monde il est beau, content, satisfait, savamment grillé, pain d'épice, c'est l'été, on veut rôtir et paraître noirs  !

On planche par centaines de milliers  dans des salles de classes à 35 ° C voir plus,  de surcroît les après-midi ! Merci aux organisateurs !  nous confient de jeunes bacheliers, ils n'ont pas compris ce que signifiait le Réchauffement,  ils s'en remettent  aux 2 ° C de hausse Moyenne des Températures des COPS  et  des bons technocrates.

Il faut dire que leurs bureaux climatisés donnent à donf. Alors, acceptons un jour de  bachoter l'après-midi par 45 ° C, les moyennes ne donnant toujours que 2.05° C  d'élévation ; il ne sera là question que d'un Pic de Chaleur normal, dans les marges de nos ingénieurs...!

Il faut habituer et formater l'opinion, évincer le terme  meurtrier et le spectre de la Canicule : les Stats et les Opérateurs Météo veillent aux chiffres rigoureux, aux abaques  qui ménagent encore une réserve de manoeuvres aux appareils des grands Lobbies.

Au fait, Météo-France a désormais de  définir la Canicule lorsque les températures de la nuit avoisinent  celles  du jour, avec  peu d'écarts ...

Certes, mais les semaines où nous aurions 45 ° C de températures moyennes le jour et seulement 35 ° C  la nuit, Météo-France parlera gaiment de Pic  de Chaleur ; quelle est  la différence, pourquoi ces jeux de mots nuls et foireux quand les populations suffoquent ?

Il faut arrêtre les conneries, maintenant, tout a  assz duré  

!

Ghjorghju  D'OTA

pour 

CORSICA...GO56