DELIRES_

 

 

Quels bouquets    de nuit  illunés

auréolent  l'amer

 le dédale d'un d'archipel

 

Les choeurs du silence 

     croisent et s'en reviennent  

évanescents

 

Ton sillage  

 s'ente au chant de la noria

comme il danse la transe de vagues denses

 

Entre flux  et reflux écumants

depuis ces figements habités

 le vent crie avec toi 

 

A bord de Pholie

notre vaisseau de passage 

déraisonne encore 

 Schizo-frère

 

Nos  délires

happent les maux 

qui cinglent  et qui  étreignent 

 

Qu'à l'orée d'un autre ciel

tu fasses   tiens  

ces pans d'éternité

 

La censure a des relents de rumeurs

mais demeure  sûr 

comme tu meurs   ici    

en paix

 

§

 

- MARIN  - 

Catégorie  / Site  

" Délires  " 

2 ème  Ecriture le 26 Décembre 2022