DELIRES_

 

 

Quels bouquets    de nuit  

auréolent  l'amer

 un  abîme d'archipels

 

Les choeurs du silence 

     croisent et vont 

évanescents

 

Que ton sillage  

 regagne  le chant de la noria

comme il danse la transe des vagues

 

Entre flux dense et reflux

depuis ces figements habités

ici   le vent crie avec toi 

 

A bord de  Pholie 

déraisonne encore 

 Schizo-frère

 

Vos  délires

happent les maux 

qui ceignent et qui  étreignent 

 

C'est à  l'orée d'un autre ciel

que tu feras  tiens  

ces pans d'éternité

 

La censure a des relents de rumeurs

mais demeure  sûr 

comme tu meurs      

en paix

 

§

 

- A bord de " PHOLIE " - 

En l'An 62 - de Passage -  humblement marin -