BACK__JUMP_

 " DIALOGUE  AVEC L'AUTRE "

Serait comme un vaste domaine, celui d'une rencontre avec l'ange, l'oiseau, les ailes cernées du blanc liseré des vagues. Il est devenu mon seul ami, le compagnon qui irradie la solitude quand  elle s'évertue à devenir belle, sauvage, indomptée. J'en écris  comme un recueil de pensers  que les petits - enfants découvriront un jour, par-delà la censure et le mensonge qui les tiennent en otages si près  du cri mutique.

Mais la pureté, la vérité, comme l'eau, sourd de la fissure dans la pierre, de la profonde blessure qui ne se voit pas.  Nous sommes  sillage indéfiniment refermé qu'un vent de liberté ne laisse jamais plus de tracer, les yeux rivés droit  dans le soleil

...

 

 

L'hiver s'invite    l'hiver élève
dévoile en chemin
entre deux îles
ses  havres de paix et de sérénité
Les vagues en  délinéent l'infini
enchâssant un silence pur

Le temps passe   le temps se fond
scande symphonique
son plain-chant d'azur
comme aux doigts du musicien
sourd l'harmonique

Que l'aventure commence
Aux larmes que le puffin m'arrache
lorsqu' il tournoie  insigne
en signe de reconnaissance
de bienvenue

Je suis de son monde    à toujours 
l'incréé
depuis les flèches des nuages
où nos ailes se confondent
en comblant les vents d'arabesques
je le reconnais

Instant précieux que ce langage sans parole
geste et ronde symbolique
de nous
irradiant la voie d'un sillage
L'imperceptible cri
à celui du dauphin s'allie

Le voilà   si près de la têtière
tantôt par l'arrière
ou bien m'ouvrant la route des ciels vrais 
Il feint d'en saisir la lanière
pour tendre à se rompre le lien indéfectible

En ces lieux de hautes sphères
et de mystères inassouvis
je nous rejoins en esprit
Que les plus simples choses
me soient blanches  et  saines métamorphoses


!

MARIN - Dialogue avec l'Autre  -

RENCONTRE__