l_ouragan_matthew_se_rapproche_des_cotes_photo_afp_1475517912_001

 

Qu'avons - nous fait à la Planète ?  Elle refuse le diktat destructeur de l'argent et le fait savoir ! Lutte et réaction légitime de la Nature menacée, ne supportant pas  autant de forfaits  perpétrés à son encontre ! Nous seront à terme  vaincus, balayés  ... Le temps est venu de la mesure et de la sobriété, de  requinquer les ressources de la planète, d'assainir air et océan ! 

 

Ce qui arrive  dans le Golfe du Mexique, les Caraïbes, la Jamaïque, l'Arc Antillais, les Côtes Sud des USA, ne sont que prémices, indicateurs puissants d'alertes extrêmes qui impacteront durablement le Climat, quoique nous fassions, et cela  pendant une très longue période d'inertie que nous aurions initiée.

Lorsque le Ministre affirme que  :  "  le pire est devant nous  " : il  n'invente rien et le sait, étant le mieux placé pour évaluer la situation ! Combien l'auront depuis des décennies prévu, annoncé avec force explications justes et rationnelles...?

Mais les états-nations, les gouvernements sont ainsi faits qui mélangent  pantalonnades et indifférences, gesticulations et cocorico prématurés, impudents, lors des sommets, sorte de traitements bipolaires des données scientifiques que le milieu spécialisé, des aventurires de renom leur donnent  à moudre depuis des lustres et dont ils n'ont cure.

Profits, indices de croissance, CAC  tout azimut, places boursières, termes du marché, concurrences effrénées, compétitivité, déficits budgétaires, tout est bon pour laisser la machine infernale s'emballer et reléguer au plus bas le pôle écologique essentiel, fondamental qui doit désormais et depuis longtemps présider à toute stratégie économique et industrielle ! On s'est assis dessus des décennies durant. Alors, que l'on ne fasse pas désormais semblant d'ignorer ce qu'au plus haut niveaux des états  les technocrates obéissants  engendraient  et programmaient de retours de manivelles ! 

Nous reviendrons  sur un pointage précis des incohérences actuelles, ce divorce incessant que nourrissent les oligarques financiers face aux dérèglements climatiques ! Il y a de quoi se rebeller, être révolté, condamner sans appels ces fanfaronnades déguisées que sont atermoiements de circonstances, dans l'urgence, - qui ne l'envisagerait pas ?  mais, hélas ! trop tard, car mieux prévenir que tenter de guérir ! A ces échelles - là,  on intervient très vite mais trop tard ... Oeuvrer pour que la catastrophe ait le moins de probabilités d'arriver, nécessite un tout  autre ordre de concessions ; mais là, on ne lâche rien _  "    au boulot les masses, les esclaves des temps modernes, il faut sur-bosser, produire, consommer, rejeter car les marchés ne savent pas attendre, par ici la monnaie, économies drastiques ici ; là-bas, on pollue à toute berzingue !...

Que l'on ne vienne pas  pleurer en haut lieu, la mine contrite, ampoulée des veilles et des cellules dites de crises, lorsqu'en définitive on constate l'étendue de ce que l'on sème et engendre depuis les rouages implacables, impitoyables de la révolution industrielle. Tout cela était non seulement prévisible mais éminemment  logique, évident ! Question d'analyses d'ordre systémique et de régulation thermodynamique  des paramètres  climatiques que nous connaissions  résultant des activités humaines, de leurs coûts en  dépenses d'énergies,  justement associés aux  proportions de rejets et de déchets, de quantité de chaleur renvoyés dans l'atmosphère sans aucun contrôle.

Nous le disons et le répétons encore : Rien désormais  ne peut changer le scénario et les actes qui commencent de se reproduire devant nous, si  ce n'est la baisse radicale des cadences, de la production, de la consommation, au niveau mondial, soit  un retour à une activité  humaine mesurée, pour des besoins sobres et équilibrés, tout en opérant lentement la transition énergétique tant annoncée. Or, si l'on poursuit de façon effrénée, aveugle, sur cet algorithme exponentiel de la production - surconsommation, en l'état actuel de nos moyens de production  et des sources d'énergies actuellement  prisées et majoritaires, nous impactons, nous engageons pour encore un siècle un probable retour à la  normale, à la situation  que nous connaissions avant les  années 2000 ! L'accélération des phénomènes est très inquiétante ;  si la fréquence manque encore de données sur le long terme force est de constater que la virulence, l'intensité, l'ampleur des catastrophes grandissent, se répercutent en de nombreux endroits du globe et intéresseront bientôt, plus tôt que prévu, le pourtour Méditerranéen, le Sud Ouest de l'Europe et le Nord de l'Afrique Occidentale.

Quant aux States, pris sous les feux  torrides des Courants océaniques majeurs El Nino et La Nina, ceux des cyclones et  ouragans de classe 5, leur avenir semble s'assombrir ; Outre les violentes tornades, les vagues de froid succédant aux  Blizzards, aux terribles sécheresses ou aux inondations anormales, les incendies  gigantesques  qui continuent de sévir à l'heure où nous parlons  :   les USA vont connaître le pire, avant nous, très certainement et sous peu.

Il y a des signes qui ne trompent pas ! Ils se manifestent depuis si longtemps ! Combien d'études, d'articles de fond aurions -nous lus, intéressants, inquiétants ! Combien de rapports  sont restés  sous les piles de dossiers. Non, rien y fit, et la civilisation post - industrielle, du numérique et du virtuel fonce dans le Mur, celui des ouragans, de l'Accident Climatique Majeur ... !

Ouvrons grand les yeux et analysons les causes de  ces catastrophes, évaluons  l'exode qu'elles engendrent afin que les populations riveraines de l'Océan se mettent à l'abri, se réfugient en temps de " paix  " ! Temps de guerres, certes, mais il ne s'agit plus du même adversaire...

A 400 / 450 Km/h, des vents nouveaux sont en mesure de raser une ville moderne ; véritable tsunami atmosphérique, Océan et Atmosphère se déchaîneront en brûlant, en traitant, en convertissant de manière colossale et impitoyable  nos rejets, nos miasmes pour nous les rabattre sur la figure, n'en voulant pas,  souhaitant recouvrer les harmonies perdues, alors que l'homme n'était pas encore un dessein dans l'Univers.

Les effets de traîne active des ouragans, des cyclones, des typhons restent  imprévisibles ; leur vigueur peut s'avérer effroyable, générant plusieurs épiphénomènes encore plus dévastateurs ... Que l'on imagine un  instant  IRMA engendrer à son approche des trombes marines, des tornades à plus de 400 Km / h  ?  Il n'est pas impossible que ce fût le cas sur les Îles ravagées avec une telle férocité ...

 

PROCHAIN ARTICLE // INTERACTIONS CLIMATIQUES EXTRÊMES

 

GHJORGHJU D'OTA 

Pour

LA  PLANÈTE &  CORSICA...GO56 

 

http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/09/09/l-ouragan-irma-repasse-en-categorie-5-et-s-abat-sur-cuba_5183221_3244.html

 

§