LE LIEN 

http://videos.lachainemeteo.com/videos-meteo/video-meteo_dico/les-medicanes-160648.php

 

Voici une excellente vidéo et des  explications qui nous sont données  par le Météorologue de la CHAÎNE MÉTÉO  concernant le MEDICANE 

N'en disons pas plus sur le sujet et écoutez, regardez !

Mais ce qui nous intéresse au premier chef, outre que la Dépression soit à  " à coeur chaud ", sans violents contrastes thermiques, que les étendues de la Méditerranée confinent au raisonnable et à la mesure, sont  bien  le principe, la logique, la genèse de cet enroulement cyclonique qui s'apparente à celui d'un Cyclone, d'un Ouragan de type sub-tropical... ! Si les valeurs de vents soufflant en rafales n'ont rien de comparables avec IRMA, il n'en demeure pas moins qu'il suffit à la Nature, à l'homme d'influer sur un ou quelques paramètres pour  que cet " Épisode Méditerranéen " se transforme en Ouragan, de secteur Est  ou Sud-Est  pour le  Nord-Ouest du Bassin Occidental de la Mer Méditerranée.

Notons que l'Ouragan MARTIN, en Décembre 1999, a procédé d'un type de configuraration classique, avec violents conflits de masses d'air chaud et froid, des  courants Jets en altitude. Les vents auront allégrement dépassé les 200 Km / h, sur une étendue gigantesque, balayant d'Ouest en Est l'Hexagone et le Bassin Méditerranéen dans sa partide Nord - Occidentale.

Avec l'apparition d'une nouvelle catégorie d'ouragans potentiellement hors Normes, on peut s'attendre justement en Mer Méditerranée à des phénomènes autres que les MEDICANES déjà observés, étudiés. Des Dépressions de types cycloniques, prenant  effet sur les étendues de la mer de plus en plus chaudes en profondeur et plus vastes  et à la faveur de l'arrivée brutal d'un front très froid. Outre le resserrement vertigineux  des isobares, la situation déviendrait alors critique et engendrerait de si violentes tempêtes, des dépressions si creuses que nous n'hésiterions plus à évoquer des Ouragans, à classer selon l'échelle qui comportera bientôt et très certainement 6 Catégories.

Il ne faut absolument pas sous-estimer  le potentiel d'une Mer dite intérieure, qui n'est certes pas un océan. Mais les ressources thermodynamiques sont là et attendent un contexte favorable pour livrer leurs terrifiantes mesures.

Nous pensons que le déréglement climatique, que les dépressions qui se montrent de plus en plus creuses, que les contrastes thermiques  qui se feront de plus en plus soudains et brutaux pourront à très court terme engendrer de vrais ouragans en Mer,  en direction de nos côtes, dont les MEDICANES et leurs " grands frères " 

A MEDITER

A ETUDIER

A ENVISAGER

MAREE DE TEMPÊTE / D'OURAGAN

Nous citons L'AFP

 

 

" ...  Miami (AFP) - Pendant un ouragan, le phénomène le plus dangereux est souvent la "marée de tempête", une montée soudaine du niveau de la mer qui s'abat comme un mur d'eau sur les côtes.

 

Selon les services météorologiques américains (NWS), la marée provoquée par l'ouragan Irma pourrait atteindre 4,5 mètres de haut à la pointe sud-ouest de la Floride, en fonction de la configuration du littoral.

 

- Créée par les vents -

 

La marée n'est pas gonflée par les pluies diluviennes qui accompagnent l'ouragan mais par les vents violents qui font anormalement monter le niveau de la mer à l'avant de la dépression. Selon l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA), c'est une "montée anormale des eaux générée par une tempête, supérieure aux marées astronomiques prévisibles ".

 

- Dangereuse -

 

La montée des eaux arrive bien avant que l'ouragan ne touche terre, ce qui raccourcit les délais pour l'évacuation des populations.

 

La plupart des 1.800 décès provoqués par l'ouragan Katrina qui a ravagé la Louisiane en 2005 sont attribués à ce phénomène, selon la NOAA.

 

Poussée par le vent, la vague peut se déverser sur plusieurs dizaines de kilomètres à l'intérieur des terres, inondant rapidement les habitations, rendant les routes impraticables et noyant les automobilistes coincés dans leurs véhicules par la brusque montée des eaux.

 

Le poids de l'eau peut aussi démolir des infrastructures trop fragiles pour supporter cette force.

 

- Des facteurs connus... -

 

L'intensité de la marée est définie par plusieurs facteurs, comme la force de l'ouragan, sa vitesse de progression, sa taille, son angle d'approche des côtes et le niveau de la marée astronomique.

 

Il faut aussi prendre en compte la configuration du littoral, la présence d'une baie ou d'un estuaire qui draine l'eau vers l'intérieur des terres.

 

" Une pente douce peut potentiellement produire une marée plus importante qu'une côte abrupte ", souligne la NOAA.

 

Même si Irma frappe finalement l'ouest de la Floride, les deux côtes de la péninsule subiront une marée de tempête.

 

Dans le cas d'un ouragan de catégorie 4, l'eau pourrait s'enfoncer jusqu'à 11 km dans les terres sur la côte ouest, située sur un large plateau continental plat.

 

Au large de Miami Beach, sur la côte est, la profondeur du plateau est plus raide, ce qui pourrait limiter la marée à 2,50 m.

 

- ...   et   inconnus -

 

Le phénomène pourrait être amplifié dans les prochaines décennies par la montée du niveau de la mer et le réchauffement des océans provoqués par le changement climatique. Plusieurs études ont estimé que ces marées de tempêtes deviendront plus fréquentes et plus meurtrières à mesure que la planète se réchauffe..."  

AFP