GUELTA__AU_DESERT_

Tout le mystère et la magie des Gueltas dans le désert ! l'eau fossile existe ; les nappes seraient gigantesques mais jamais inépuisables ! Attention de ne pas dilapider la divine manne, la manne éternelle ! L'eau, comme le sable, immensurable et pure revendique notre existence ; ne trahissons pas l'ordre immuable des grandes choses de l'Univers...

 

Sont-ils fâchés avec l'eau, la pluie, l'automne, le climat tempéré  de nos latitudes  ?  A quinze jours, toujours pas de pluie prévue, ou si peu, du moins si l'on se réfère aux modèles et à  leurs pictogrammes ... ! 

De quoi s'inquiéter, tout est bleu, sans nuages. L'Algérie, prévenante avec ses 70 barrages, craint le pire si la situation perdure. Et pourtant, le pays aura été prévoyant sur le sujet de la sécheresse mais avoue aussi pouvoir mieux faire. L'agriculture algérienne est à ce prix. 

Lorsqu'il pleut, les précipitations cessent aux abords du pourtour littoral ; il n'a pas plu en Corse depuis des mois ou, si peu. On ne peut alors raisonnablement évoquer les pluies d'un orage localisé, résultant des fortes convections diurnes et des chaleurs intenses au sol.

Point de courant, de flux zonal  établi, de système dépressionnaire assez vaste et contrasté qui nous assure au passage d'un front actif de vraies pluies d'automne, nourries, durables, étendues !

Non, tout cela n'existe plus, comme si la vie de l'atmosphère se trouvait perturbée par des données, des mélanges de gaz douteux, des réactions qui nous échappent ou que l'on cache depuis longtemps.

Il y eut la  période des " pluies acides ", celles dont on évoquait jadis le caractère nocif pour le végétal, la faune, le devenir des forêts, véritables défoliants ; on en parle plus et, pour cause, certaines régions affichent des records de sécheresse absolue.

Les arbres meurent, sèchent sur pied, les arbustes ne donnent plus de baies, nous nous répétons, certes, mais cela est très important !

Que faire ? Quoi penser ?  Les élites sont plus enclines à taxer  l'esclave et le prolétaire, l'homme sur la fin de sa vie et  improductif,  qu'à évoquer les mesures  drastiques qui  permettraient de freiner de manières radicales émissions de gaz et productions de déchets.

Un mois d'octobre sans pluie ! Le spectre de 2003 revient, après un été caniculaire, celui  de tous les records. Ici, sous nos latitudes, entouré d'eau, cela  devient incident, accident climatique qui pourrait avoir de très graves conséquences sur l'essor et le renouvellement de la Nature, du moins pour ce qui concerne toutes  les formes de sa complexion spécifique et actuelle

CORSICA...GO56

 

DESERT_GUELTA_II_

 

Ces deux photos pour évoquer le caractère précieux de ces vasques, de ces nappes d'eau  temporaires ! Notre eau  file pendant des des mois vers la mer, nous la perdons ! Ici, les hommes , moins gâtés, ne prélèvent que l'essentiel, l'indispensable à la vie. Leur rapports à l'Idée de Nature n'aura jamais été le même ; il demeure, transcendental, vital, souverain. Leçons ...! Chaque jour accorde le miracle de l'eau, un brin de liberté, de sagesse. T. Monod en parle de façon admirable.