2

 

HAUTE-CORSE - BALAGNA / Plus de 2000 Hectares ravagés ! 27 Mises à Feu dans toute l'Île de Corse... ASSEZ / BASTA

Jusqu'où irait l'Etat qui en définitive se montre passif, sourd, face aux risques majeurs de mises à feu, à ces actes de réel terrorisme envers la Nature et les Populations 

 

Que dire, quoi penser, sans polémiques face à ces actes barbares, ces actes de criminels qu'il convient de traiter comme tels, de neutraliser, laissant à ce terme tous les horizons qu'il convient d'entrevoir et, vous nous aurez compris !

Que dire aussi de l'incurie de l'état déconcentré qui, les jours de vents violents, ne concourt pas à la mise en place d'un réseau aidé et soutenu de surveillance et de traque au niveau de chaque commune ou canton ? 

Du moins en attendant que la poudre de perlimpinpin agisse et dépose sur notre sol une partie de la promesse providentielle, celle  d'une nouvelle flotte de bombardiers d'eau tant attendue et vitale...

La station internationale en orbite autour de la terre  nous montre les vomissures d'un  feu qui s'échappent de la Montagne dans la  Mer ! Est-ce encore possible, en Automne, alors que l'été a été caniculaire et surtout que la sécheresse des sols aura franchi des seuils inégalés ? Les autorités doivent se prononcer sur cet attentat perpétré contre la Nature, la Terre de Corse, toutes les autres contrées meurtries par des incendiares - criminels.

Elles doivent agir, toutes les fois qu'un BMS vent est émis ; c'est là un minimum, l'expression d'une volonté et non l'expression d'un passéisme, des seules avis émis par les bureaux protégés...

Comment ne pas observer et constater le soutien de forces de surveillance professionnelles ; le corps des sapeurs Forestiers et Pompiers serait-il le seul à partir au feu, sachant que la nuit, la violence des vents, les reliefs clouent au sol tous les moyens ? 

Ne doit - on pas mettre cette Surveillance Communale  Drastique au premier rang des priorités à la veille des avis de vent émis par les services compétents ? Nous l'affirmons, chaque commune de l'Île est concernée ! Après tout, il n'y en a pas tant, quelques centaines d'hommes juchés sur des points stratégiques suffiraient à soutenir les Sapeurs Pompiers, du moins dans la phase de surveillance, avant toute mise à feu criminelle.

C'est là notre point de vue ; rien ne réglera le problème des mises à feu criminelles qu'il convient de régler par la force ! Et si la mise à feu provient d'un accident, d'un écobuage, d'une négligence : la très forte amende, l'obligation de réparation systématique, l'obligation pour les communes de réhabiliter, de reboiser, de nettoyer grâce aux ressources et aux apports de l'Etat aux Collectivités, à la mesure des sinistres. Et si  l'armée met le feu au cours de manoeurvreS : elle répare tout, n'est-ce pas ? 

...

LES MOYENS, LES RESSOURCES, LES AIDES AUX COMMUNES SINISTRÉES SE DOIVENT D'ÊTRE EN MARCHE

COMMENT LUTTER  CONTRE LES ELEMENTS DECHAÎNES  ET DE SURCROÎT AVEC LES FLAMMES QUI RESULTENT DE

L'INCENDIE  CRIMINEL

 

GHJORGHJU D'OTA  // CORSICA...GO56

 

 

balagne_3