APPARITION_

" ...   Que la navigation soit composition, alme présence à la mer, évanescente apparition d'une voile  au nuage vague et diaphane qui va ... Tout le miracle de la vie, de l'étant, dans ses apparâts de pureté ; leçons de choses, un regard suffit à dire la divine complexion du don, d'une île, d'une montagne dans la mer  que l'homme et la modernité défigurent à l'envi, avec arrogance, impunité, impudence.

J'écris toujours depuis les tombants de la douleur, d'un mal aux Mondes blessés, jamais paisible et, quand je danse sur les ciels denses, ce n'est jamais sans voir une lame et son morfil acéré au jeune croissant de Lune ! C'est ainsi, mieux ainsi, c'est ce qui me définit et me pousse à perdurer ici - bas,  un peu plus loin de la terre, un peu plus près du Ciel... "  

"   SAIL AWAY  " 

 

LA SOLITUDE M'EST PROSE

 

 

Caps et pointes exposées attisent les vents, affolent les vagues !  Un navigateur solitaire   traverse un nuage d'embruns. Sous le vent, on distingue une forme étrange, sombre ; apparition, animal marin, effet d'optique ? Nous ne  le saurons pas, l'image n'étant pas assez nette... Toujours est-il que le mystère persiste. Il n'en est pas de la première fois !  Le coup de vent serait-il habité, peuplé d'autres créatures, d'inconnues ? 

En ces lieux de solitude balayés  par le  Mistral, on peut s'attendre à tout ! L'été est déjà si loin, avec son lot d'affluences, d'occupations totales et déraisonnées  des vastes champs marins huileux.

Le solitaire gagne le Ponant, revient, puis à nouveau  s'éloigne encore plus loin, couvre en définitive de  très longues distances à la recherche de l'onde, de la houle, de la vague qui se forme selon les fonds secrets.

Les rouleaux proches de la côte grondent, déroulent leur épais manteau d'écume. Le vent siffle dans nos oreilles. Sur le sable, quelques grains lourds s'envolent, fouettent nos pas  et les algues virevoltent  en de longues écharpes brunes. Le ciel et la mer sont si denses, si bleus, au-delà du faisceau éblouissant du soleil, vers l'amont et les nuages qui accourent.

La mer  tant hérissée, informe, requiert certainement un regain de vigilance et de contrôle ; c'est en somme une introduction à la navigation hivernale, celle des avis de tempête et de fortes vagues.

La petite voile peine à étaler à la fois  les rafales et le soulèvement des crêtes. Combien  tous les réglages importent pour celui qui manie cet esquif vélivole, étant tout à la fois safran, haubans, barreur, équipier, navigateur à l'estime aiguisée au coeur des brisants, entre tout écueil, vers les hauts-fonds ! 

C'est ainsi de la voile libre, limitée hélas !   quant aux distances raisonnables à parcourir en un seul jour, à rechercher toujours l'exellence, la primauté  des vagues vierges ...

Le prix fort à payer est sans doute la vie ! Mais on s'y fait, sans habitude, avec humilité, sachant que du plus profond de son être monte le frisson, cette vague, cette onde mêlée d'amour et de respect, de crainte, uniment ! ...

Un seul et unique dialogue importe, à chaque fois,  qui est toujours à la hauteur des exigences de la mer et des éléments qui la font, la défont, indéfiniment. 

Que nous soyons au coeur même de l'océan, des hautes latitudes  ou  bien proches des côtes  à pouvoir encore les voir, la tempête, les très hautes vagues, les violentes bourrasques contribuent à circonscrire, à définir  l'empire des eaux qui règne sur la vie, qui décide de la vie, qui engendre ou ôte la vie, tout cela entre beautés fascinantes et gouffres amers chers à nos Romantiques.

MARIN - Pensées en Mer - Penser, écrire la Mer et l'Océan, sa Terre,  pour  la Foi sans nom ni visage, pour les Petits Enfants.

CAPS_ET_POINTES__EXPOSEES_