SUSPENDS_TON_VOL__

 

Je n’ai guère connu la peur de la banalité qui hante la plupart des écrivains mais bien plutôt celle de l’incompréhension et de la singularité. N’écrivant pas pour les spécialistes du mystère j’ai toujours souffert quand une personne sensible ne comprenait pas un de mes poèmes.

 JULES SUPERVIELLE

 

 

 

 

SUSPENDS  TON VOL

ÉTRANGE COULEUR BLEUE

 

Affranchis - toi
du pas funeste
allant l'amble
du silence
de l'absence
que mensonge et rumeur
enténèbrent   en tranchant le lien de coeur


Éploie les ailes
que vagues et vents
donnent à ta fougue
aux clartés  comme à la découvrance
de la Folie

Rejoins l'univers diaphane des voiles  
encens et nards  
odorent sans fin
les noces de la terre  et de la mer
depuis de lointains amers
l'ultime  voyage en enfance 

Alentour
tant de vires
 vertiges éclaboussés de bleu 
d'où prendre ton  envol
un nouveau départ
au-dessus de la termitière
va et plane serein   Migre petit serin 

Vis les heures solaires
les folles arcanes
de l'orbe feutrée
l'ellipse sans fond
d'un rêve insensé  
 habité de  jeunes délires

Élance - toi
gagne la pente
chute
tu en remonteras l'abrupt
à toujours plus léger
apaisé 
loin de Sisyphe et ses ahans

Que votre traîne
soit humble sillage
mémoire tracée  empreinte azurée
sans l'ombre d'un mensonge
Ainsi de l'arcature irisée
du flot absinthe
de la Lyre

Ainsi de l'alliance
de la  noblesse
d'âme
qui valent éternité
à jamais gage de vérité
S'illuminant de voix et de chemins juvénils

§

MARIN  - le Fou invoque ALPHA  LYRAE II  - 

Aux  Petits Enfants dépossédés du Lien ; à la Vérité qui mûrit avec le Temps et qui frappe le sol ;  hécatombe des années.   " ... Hécatombe de rossignols tombés sur le sol " ...  ! 

A Emma & Cesare depuis si longtemps Orphelins de leurs Grands - Parents, malgré eux, envers et contre eux 

!

 

 

MARIN_BACK_LOOP_