315012176_001

 

L'ANALOGIE QUI FAIT  MAL

 

COP1 ....23....50

 

USA  / CHINE /  EUROPE D'ABORD  - LE CLIMAT  APRÈS 

 

 

Il en est comme d'un conseil de classe - professeurs ! Des matières  dites dominantes, fondamentales et en filigrane, quelques faire valoir sans  réelle importance  qui gravitent et dont on use pour sensibiliser la chose humaine ; évoquons ces matières, les parents pauvres de l'école qui ne font ni la vie, ni l'existence, reléguées au sempiternel rang de la soumission dans les bulletins : dessins, sport, musique et bien d'autres " sous-matières ", - il convient de le rappeler -,  sans aucune marge de manoeuvre  lors des décisions de passage de classe.

Ainsi de l'Ecologie dans le vaste concert ministériel, des états-nations réunis pour la circonstance en vue de se situer, de se placer, de briller ... Il suffit de regarder les faits, les prospectives, le marasme, la sclérose des systèmes dominants en matière de grand projets de sociétés écologiques. Utile, opportune  en période électorale et, reléguée, étouffée ou contenue dans les faits, réduite à quelques saupoudrages de circonstance,  recadrée le temps précieux des commandes et des ordres jupitériens

!

LE VIF DU SUJET  OU RÊVONS UN PEU

 

" ... Les avions transportent  des millions de passagers et de marchandises en volant électrique ou solaire ! Nous utilisons des voitures autonomes  qui  s'auto-alimentent avec la vitesse et le vent, uniquement ... Nous produisons  et  rejetons moins et mieux, le temps de travail est passé à 30 heures hebdomadaire ! Toutes les sources d'énergies propres ont le vent en poupe, d'ici 5 ans, aucune matière fossile ne sera prélevée du sous-sol. Nous reboisons, réaménageons et reconsidérons les interactions espaces urbains et espaces ruraux. Les pesticides relèvent d'un temps honnis. On a écouté les ingénieurs agronomes investis dans le tout vrai biologique. Nous savons stocker l'eau de façon totalement intégrée aux paysages et pouvons traverser les épisodes de canicules, aider les unités de production en souffrance, exporter de nouvelles compétences pour aider les pays  que  l'Occident auraient mis en difficulté !  Les poids lourds sont fer-routés. Le nucléaire  a passé la main au profit d'un réseau énergétique multiforme, totalement déconcentré et adapté aux besoins spécifiques, aux ressources  géographiques locales, au service de l'intérêt public, général, soucieux  de développement durable et propre... Les éoliennes sont en mer et, on a su concevoir les hydroliennes, à moindre coûts et entretien. Sur les terres, point de fumets nauséabonds, les usines se sont pliées aux injonctions propres de Jupiter ; oui, nous sommes en marche, l'avenir nous appartient et le principe de la COP revient à la tutelle saine et sage d'un Collège de scientifiques impartiaux, compétents, référents désormais sûrs...  "  Etc...!

La COP 23 aurait-elle  fait des miracles sous l'oeil avisé du couple jupiterien ? Mais hélas ! NON. Il ne faut plus rêver ! Cela eût procédé d'un vrai miracle ... Les utopies ne seraient-ellespas les réalités de demain !

 

ET VOILA QUE ÇA RECOMMENCE 

 

Des contrats  signés pour  des commandes à hauteur de milliers d'avions à Réaction-Full-Kérosène arrosent les marchés de liquides  hautement inflammables. Pas moins de 85.000 avions sont suspendus  dans les airs à chaque seconde. Les couloirs aériens sont si saturés qu'en représenter la densité des trajets sur une mappemonde ferait des taches, des traits  épais, des réseaux inextricables ...

Le nec plus ultra de l'énergie fossile contamine les hautes sphères, de plus en plus massivement, largement  !

L'atmosphère aurait certainement besoin de  ce traitement infernal pour sidérer les pollutions d'altitudes, faire retomber en pluies acides les millions de  tonnes de  rejets. Certes, ce sont des emplois à la clé, pour 10 ans, dit-on, qui satisfont les personnels spécialisés, les sous-traitants, le commerce à l'échelle européenne ; mais à qual prix ? 

LES COP 

 

Seraient plus efficaces et opérationnelles sans les Politiques ! C'est un premier point, un préalable ; d'autre part, leurs travaux, résultant  et relevant exclusivement de chercheurs, de scientifiques, de cybernéticiens seraient approuvés et entérinés par un Collège d'experts,  puis remis aux états membres pour signature et exécution sélective, suivant les états-nations, un réel carnet des charges, d'avance, non pollué.

Peut-on raisonnablement dès lors envisager une COP  viable aux multiples casquettes, leviers, compromis, et dont les ficelles restent tirées sous cape par les Grands Lobbies-Politiques-Financiers : c'est là un leurre, une gageure, une supercherie

!

La transition énergétique demeure velléité, du moins pour ce qui attrait  à la circulation aérienne aggravée.

On prétend, en outre, que l'aviation civile, le transport par voies ferrovières ne seraient plus les causes les plus aigues de pollutions atmosphériques, soit !  Qu'en est-il des navires, de l'écoulement planétaire du fret, des industries usant toujours du charbon à grande échelle via  les donneurs de leçons : Allemagne, Chine,  Usa,  véritables mastodontes d'une pollution aux particules fines sans compromis ni concession ? 

Tout cela demeure un faux problème que les COP successives esquivent ou feignent d'aborder. Aucun carnet de route de ce côté - là ; par contre, la taxe pour le contribuable est inévitable, percute, le citoyen lambda que l'on culpabilise à l'envi, alors que des années avant et durant, l'économie, les marchés incitaient au tout diesel ! C'est là une dérive opportuniste lamentable de petits décideurs entrevoyant  la manne...

Allons au-delà, brandissons les pancartes alarmistes, à juste titre, des 15.000 scientifiques de la Terre entière, dont la portée de l'étude, du rapport n'inquiète nullement le gros business-man, le politique, son allié invétéré, investi, régulateur et donneur d'ordres distillés au compte goutte, argent et profits à la clé  se révélant plus forts que tout !

 

EXEMPLE SIMPLE ET ÉLOQUENT 

 

Une couche, une enveloppe  atmosphérique limitée, sans évent possible  ; soit une  " cocotte-minute " explosive, mortelle !

Le commerce mondial s'assoie sur la COP ; les politiques bernent leur public, pactisent en silence avec les mondes de la très haute finance. Les termes du commerce mondial reposent toujours sur l'optimisation des sources d'énergies fossiles et nucléaires : on ne change plus une équipe qui gagne !

Les forêts sont décimées, on bombarde les nuages pour faire pleuvoir, - du n'importe quoi -, dans les Émirats, on songe à élever une montagne artificielle à plus de 1000 mètres d'altitude afin de provoquer les chocs thermiques favorables à l'émergence d'eau, à la pluie,

Les menaces de la pêche électrique montent au créneau, après les pillages massifs des fonds marins par les gigantesques Trémails de la sur-pêche, 

Les glaces s'assombrissent, poussières de pollutions obligent ; elles fondent plus vite. C'est l'une des causes majeures ... Les glaciers se réfugient vers les cimes avant de disparaître un à un ; l'eau manquera. Les grands fleuve du monde asiatique sont menacés.

La biodiversité est menacée, impacte l'existant réduit à la portion congrue,

Les décideurs n'ont pas trouvé mieux de persister dans leur folie consumériste, exacerbant les cadences de productions, de prélèvements des ressources, l'ampleur des flux migratoires associés à la gestion du temps de travail et du temps libre.

Plus de 2 Milliards de véhicules portent leur moteur à explosion à près de 90 °C, à toutes heures du jour  et de la nuit, sur la planète ! Quels volumes et  quelles quantités de chaleur cela représente-t-il  ? Et l'été, au coeur  même de ces canicules déjà insupportables, quels regains  avons-nous à supporter lorsque la société libère en 3 jours des millions de voitures sur tous les réseaux  routiers européens ? Quels coûts pour l'atmosphère, de surcroît, frappée par les effets des  puissants anticyclones d'été  acuitisant le marasme, le marais barométrique, les pics de pollutions majeures àl'ozone et aux particules fines ?...

L'hiver, le chauffage n'épargne plus rien !  L'homme est revenu au centre de l'UNIVERS via les injonctions d'un confort et du besoin sans limite ; mais le problème demeure, il se multiplie de façon  exponentielle, sur une Terre qui n'est plus à sa portée et qui n'assume plus !

Que deviennent les nuages jaunes intensément denses et gigantesques de pollutions  qui noient des contrées entières de l'Asie, de la Chine, des States, du Mexique, du continent Indien, ( Cf / New DELHI ) ? 

Que deviennent les millions de tonnes de matières brûlées lors des incendies inconcevables ? 

NON

Vraiment, la situation ne peut durer ainsi sans  ré-orienter immédiatement les grands rouages de la civilisation et plus particulièrement des Pays les plus productifs et émetteurs de gaz à effets de serres.

Les pays en voie de développement, les plus frappés par les dérèglements climatiques, doivent dans l'immédiat être accompagnés dans toutes entreprises de transitions écologiques et, ne pas être les derniers wagons de la machine infernale des énergies fossiles... Les COP se succèdent, accouchent d'une souris, tergiversent; le grand " YA - KA  " du monde a quitté les Accords de Paris et pavane, pactise avec les grands hommes d'affaires épris de gigantisme ! 

 

LE TEMPS D'UNE HALTE SALUTAIRE - POURQUOI PAS 

 

Si à cours de provisions, d'eau, le nomade s'enfonce dans le désert,  ne reconstitue pas ses réserves, il court à la mort certaine

 

Le temps de travail et la Production doivent marquer un coup d'arrêt immédiat, drastique, contrôlé et justement réparti, pour toutes les états et pays de la Terre ; la Planète doit connaître une erre de repos, de reconstitution de son capital écologique et, 

les Pays, les chercheurs, d'amplifier toutes recherches et initiatives déjà fonctionnelles de transitions énergétiques favorables. Toute politique doit devenir environnementale, parce que sources immensurables de richesses et de prospérité à venir 

!

CORSICA...GO56

 

The_incoming_President_of_COP23_Prime_Minister_Frank_Bainimarama_aboard_a_drua_in_Suva_Harbour_with_the_leaders_of_two_of_the_most_climate_vulnerable_Pacific_nations_Kiribati_and_001