CONNAISSANCE_

" Connais-toi toi-même et tu connaîtras l'univers  et les dieux  " 

SOCRATE

 


DICTAMEN

 

Marche     Seul        Vogue
Par-devers l'ombre
Plane
du commun accord du rêve
du poème de la Mer
au rameau ailé d'éternité
Comme pour ouïr enfin
et mieux lire    ce que dicte
l'immémorial
au dictamen de la conscience
sitôt contremandée

Présence aux mondes
qui ne laisse jamais plus
de forcer        de circonscrire
l'intervalle qui traverse
ici-bas l'aube et  la vesprée
sous le croissant  de lune berçant 
la Croix du Sud
l'étoile du Berger
des-astres animés d'espoir
Alors va      par le long fleuve d'oubli
juché entre deux dates
inexorablement actées

Rendez-vous manqué
heureuse rencontre
qui sait         qu'importe
lorsque tu dévoiles puis révèles
l'énigme  qui délinée
les contours  les linéaments
les ciels sans nombre de la liberté
Rapportes-nous en les saines  vertus
quelque lien pacifique
à nouer ensemble
auprès de l'étant(g)

Ainsi la fleur
et ses fruits
relatent sans frein
témoignent
des joyaux que la nature
en son immense générosité
offre en partage à l'existence
aux moissons des saisons
de la claire lunaison

Mais saches aussi    qu'il t'incombe
de satisfaire aux injonctions de vérité
et de fidélité qu'exigent
la Création          l'Harmonie
en veillant        depuis les cieux
la mer        la terre
afin que nous convolions
en de célestes noces
un jour    de retour
au-delà de la nuit perpétuelle
L'autre rive
nous attend
le temps de s'y être préparé

Dictamen de la pure et droite raison
Dictamen du coeur   au corps et à cri
Dictamen intérieur   tant immersif
Refuges
La conscience obéit et suit aveugle
le cours obscur d'un dénouement
dont la fin hélas      justifie le moyen
le besoin exclusif
de la temporalité  de l'éphémère  artifice
là ne serait croître l'unique viatique

Alors hâte-toi d'écrire
sois     "  connais-toi    toi - même  "
recommande  encore  l'illustre Socrate à Delphes
Rapproche-toi du tryptique fondamental
qui unit au Message Retrouvé
aux Versets mystiques des Anges 
Suis la voix intérieure
comme la foi louange
psaumes et cantiques
Ainsi rejoins-tu     combles-tu
l'amour dévolu à la vie
depuis le Souffle d'immortalité 
toi le migrant    en quête d'âme
ou d'éternité

Tout est si dense    qui ne danse
entre les mots     les sonnets
Quels sommets
élevant la pensée aux rangs du don
de la découvrance       Cette souvenance
à livrer en partage et non en pâture
à qui assouviraient     vils
rumeur et opprobre
Sois ce que tu adviens       Ainsi donne
de la voix fertile    en esprit
parle-nous à toujours
des plus simples choses
des métamorphoses vitales
vacillant entre Amour et Beauté sans prison ni entrave

T'en souvient-il
Il n'est au langage de la pensée
dont tu retournes
recouvrant la paix de l'âme
aucune frontière
L'incommesurable est déjà votre domaine
comme le coeur  vient  à la  lumière
au royaume éternel
Point trop n'en faut de prière
quand de l'acte sourd en choeur
le chant du ruisseau
qui regagne l'azur
et des trésors de promesses

!

MARIN - De l'énigme à Alpha Lyrae -