DSCN0347_001

 

L'automne  cingle, chemine vers le solstice. La course du soleil offre à la mer de chatoyantes luminances, comme si elle eût été par les fonds soudainement  éclairée.

Ainsi de conter en passant l'éternel recommencement des vagues que le vent froid irise, diapre. 

Tout n'est que silences et lointains habités ; le  ciel de traîne emmène et lève à l'envi la chevelure de vagues messagères déroulant vers le rivage  leurs épais manteaux de neige et d'écume.

Magie d'une Île aux beautés exaltées. Souveraine ivresse. L'alchimiste oeuvre et veille l'alliance indéfectible.

A la souvenance qui s'ente aux lames ;  que je demeure, humble reflet, évavescente  présence

- MARIN  - Prose Marine -