DSCN0821

Toutes nos sincères pensées aux familles des victimes de la Tempête, sur le Continent,  vers celles et ceux qui se portent à l'aide des sinistrés de l'incendie de Cervioni, en CORSE

La tempête souffle sur l'Île de Corse comme elle délivre une énergie inimaginable, effroyable.

Les reliefs tourmentés et accidentés de toute une montagne dans la mer en auront décidé ainsi, du commun accord des vents et de l'eau tombée des ciels.

Tout n'est que mouvement, dévalement, figement, fluence, un tout   qui s'inscrit dans l'éternité des beautés souveraines et solennelles auxquelles nous devons le respect et toutes les protections qui s'imposent. 

La tempête sévit comme elle aura toujours régné et marqué les hommes, les bêtes, coteaux et tombants vertigineux ; c'est ainsi, sans la moindre engeance ou inclination néfaste et préjudiciable qui eût attenté à la vie de l'homme, à l'agri-culture, au pastoralisme, aux terroirs et aux métiers d'antan.

La Nature est par essence bonne et prodigue comme elle peut aussi tuer dès lors qu'on ne l'écoute pas, que l'on transgresse  sans freins ses lois et ses équilibres en tentant de la  vaincre ;  l'entendement et le jugement étroits des clans cupides et des partis pléthoriques tentant dès lors de la vaincre, de la soumettre à tort et aux risques et périls des innocents.

Mais de l'homme ligué contre elle et, de là,  contre son prochain, contre les communautés et les peuples  de la terre qui la composent,

de ces consciences diaboliques, démoniques  qui incendient et qui mettent le feu partout où la vie exulte et souligne les harmonies que l'étant et la nature attendent et perpétuent, depuis la nuit des temps ! 

Evoquons alors  et  ainsi la Tempête et ses  joyaux. Tant de lumières, de raretés et de préciosités encensent et louent une  diversité radieuse et ses métamorphoses.

Les féeries de hiver irradient le cycle des  saisons à venir. Nos Anciens, nos  Ancêtres y auront toujours été confrontés, obéissant qu'ils se révélaient aux invites  simples et fondamentales qui les définissaient en tant que îliens, insulaires, Corses à jamais ! 

La Nature et l'Environnement sont constitutifs et consubstantiels de l'acception, de l'entité, de la typicité  insulaire ;   disons également : insularité ! C'est là un préalable, un principe de vie que l'histoire retient, perpétue et  engendre obstinément, pleinement, pour le bien et le meilleur.

Et si quelques assassins, meurtriers, traîtres  aux territoires qui sont les nôtres s'illustrent en déchaînant la géhenne et les fléaux  du feu, des feux, des terribles incendies, des  multiples mises à feu simultanées pour terroriser,  il convient alors de les traîter en conséquence et de leur réserver le sort que la guerre sait infliger aux ennemis puissamment armés !

Nous souffrons, nous compatissons face aux désastres de ces derniers jours. Sachez, hélas !  que de tels criminels  récidiveront ! Nous publierions au sujet  de ce vaste dossier notre étude, sous peu, à l'attention de Tous les Élus de l'Île de Corse,

qui interviennent à tous les niveaux de l'organisation, de la gestion, du maintien de là vie insulaire, pour  la paix, la sérénité et davantage de prospérité et de bonheur à vivre sur notre ÎLE, une Île de plus en plus prisée, visitée, aimée

GHJORGHJU D'OTA

POUR 

ISULA DI CORSICA

 

DSCN0812