DELIVRANCE_

 

 

Laisses-toi guider
petit             Suit la Voix  claire  et lointaine
Car au plus profond des coups de temps
sourd un silence aveugle et sans blessure
à toujours ondoyé

Quand tout naît esprit
le corps  demeure  
et ne geint plus
L'âme alors vient à marier
vastes étendues et délivrance

Tu t'en remets aux rudesses
aux froidures de la mer
à l'hiver blanc     ta nuit
en guise de pénitence
en quête d'oubli
Soit

Plus aucun lien ne te retient
en ce vaisseau à la dérive que tu  quittes 
depuis que les maux aux mondes
que nous partageons
enténèbrent dès l'aube
l'effusion de la Lumière

Il te faut croiser           inlassablement
 devers  la tragédie et le parjure
Va vole conquiers  les domaines hermétiques de l'azur
qui entre mer et ciel  à l'horizon
t'accueillent comme ils  t'épargnent encore
sur le fil ténu de la liberté

Tu y vois décliner à la fois l'immensurable
et l'éternité
Une réclusion qui te vaut gage de vérité
l'absolu d'un vide providentiel
Car c'est en vainquant le manque perfide
que tu t'affranchiras
ici-bas
des vils faisceaux de la punition

 

§

MARIN - L'Oiseau Blessé -  En cours,  très long décours  ... !