DSCN1502

 La clarté  est dans le reflet ; ainsi pense le roseau  ... !

 

 

On apprend    à survivre
chaque jour      un peu plus seul
affranchi
Les saisons     les années
se débarrassent des travers
en marche
qui situent et décalent
malgré soi
dans le tourbillon des vanités
en vogue et des sordides cloaques

Comblée en esprit          L'âme
que les feux d'artifices
que les feux la rampe épargnent
sur le chemin des étoiles
lorsqu'il lui faut s'élever
à la force des maux
devers tout paraître
éphémère
et de fragiles apparats

Il est une manne céleste
une source inextinguible 
un précieux viatique
que l'on emmène      en soi
vers le long sommeil
à tort          redouté
parce qu'il eût à toujours
appaisé le reflet et sa psyché
avant le grand saut
dans l'inconnu

Jamais plus démuni    Enfin
en cet instant fulgurant
le  temps
lavé de tout ce qui      ici-bas
pervertit
travestit
le sens de l'existence
en s'illusionnant
Car avoir été
si loin de soi
fondu dans le troupeau 
quelle duperie

Faut-il approcher la mort
en traverser l'ombre  
à chaque fois cillement  
pour comprendre qu'elle demeure
multiple
flanquée à l'unique clarté 

!

- MARIN -  Mal de Terre  -