VRAIMENT__GROS_AU_LARGE__1_

RIDER /  " EXTRAVERTIGO " reçu un long moment en mer   pour deviser avec " CARMEN

 

 

En traversant  ces moments, le marin ne se familiarise plus avec les gifles d'embruns, les tourbillons d'écume et les puissants révolins qui sévissent sous le vent des reliefs ...  Il a gréé 3.7 m2, certes, mais sur un mât de 3.40 m ; la voile ainsi  déverse davantage dans le haut,  perd aussi un peu de la poussée que lui confère " CARMEN ", la violente  tempête, nous dit-il ! Dehors, c'est le grain blanc, perpétuel, la rage des vents ligués avec la mer s'engouffrant dans les " Bouches  " que l'on ne discerne plus. 

Le marin est parvenu au terme de tous les réglages possibles qui, entre l'esquif  et la voile, le maintiennent sur les flots. Il décollera  souvent, malgré lui, au franchissement des lames soudaines et au gré des violentes rafales. L'air est émulsion, nuages, encens... La mer devient forte, creuse, menace partout, dans le lit du vent mais aussi vers le rivage où brisent de très fortes vagues.

Toute les fois qu'il vient à tomber, le marin se retourne, comme par réflexe de survie ; un regard qu'il réitère devant, vers l'amer habituel,  pour s'assurer qu'il  n'est pas dans la trajectoire et l'alignement immuable des séries de déferlantes qui abondent un  site-aventure-extrême. Tour d'horizons, au  pluriel, cela va de soi ! 

50- 55 - parfois et sûrement 60 Noeuds dans les bourrasques ; le vent  bruyant perturbe l'ouïe. Le marin joue  à virer de bord à l'abattée au plus profond des trous d'eau, se protégeant ainsi du vent de mer établi  à la limite de la tempête... Vous traduirez en indice Beaufort et en Noeuds, pour les vents moyens !

Tout va si vite. La lecture des étendues demeure incomplète ; il y a risques et dangers. La côte n'est certes pas loin mais un mille nautique au large suffit  à camper un décor dantesque. L'avarie imposerait une très longue dérive qui  eût évité les écueils et les rivages acérés, submergés par intermittences. C'est le domaine des vents violents aux rafales subreptices que l'on n'anticipe pas, par manque d'informations claires. 

Une certaine image du chaos où seuls les oiseaux dominent les éléments à bout d'ailes, au ras des flots, sans le moindre heurt, emportés qu'ils se laissent aller, explorant la folle abattée, après de splendides ellipses dont l'empreinte semble planer sur un voile laiteux, évanescent.

Il savait, ce jour, la mer solitaire ; une mer lâchée, belle et en cheveux, aux vapeurs spectrales, indéfiniment fractale ! ...

Au-delà de la gestuelle, de la mise technique spécifique que l'on attend d'une pratique extrême... Comme un témoignage, un récit d'aventure, un pan d'éternité partagé avec l'élément qui porte et définit le dictamen de la conscience au  seuil de quelques  infimes manifestations de la vérité, le marin, bord à bord se confie à l'azur, tant qu'il lui est encore temps de suivre un mystérieux fil d'Ariane.

 

RIDER /  " EXTRAVERTIGO

Pour 

CORSICA...GO56