PARIS_SDF_HIVER_2018

 Comment peut-on laisser vivre des êtres humains, par - 8 ° C, avec des enfants en bas âge, sans hygiène ni sécurité, dans un tel dénuement, sans ressources  ? Comment les responsables des cités, des villes peuvent-ils dormir sereins ? Que deviendraient ces personnes sans le concours précieux et permanent des Associations caritatives ?  Comment laisser cohabiter l'extrême richesse et l'extrême pauvreté sans intervenir autrement que par la force, la répression, toute fin de non recevoir 

?



Paris
comme un rêve
au petit jour
que la grisaille grime
Paris du pont Mirabeau    des rimes Apollinaire
allant à vau l'eau
Paris que les bords de Seine des canotiers
chers à Maupassant
distancent
sans autres nouvelles
que les larmes des saules
endeuillés

Paris Carco       Paris Aragon
des jours heureux
des jours enfuis
Paris Montmartre
de nos rêveries
Paris        Quai des Brumes
amour-poésie
où êtes-vous

Mais Paris
aujourd'hui     demain
Paris que la misère hante
La solitude la détresse
s'y réfugient       sous un manteau de givre
et de vaines paroles
très officielles

L'étranger
l'enfant       risque
de ne pas traverser la nuit
Une nuit encore plus froide
recluse au bord des eaux
de la Seine en crue
si près des marchands de ciels et d'étoiles
égarant pour un soir
le mal-être bipolaire
de l'espoir

Paris calvaire    Paris galères   
juché sous les balcons des garnis cossus
dans la torpeur d'un matin d'hiver
de ces quartiers d'infortune
que l'on croise
au bout de la route
sans oser en parler
tant ils font mal aux mondes
des leurres et de la ville
à la porte des palais
de glaces et  resplendissants

 

§

- MARIN - 

Mal aux Mondes - La Ville -

 

_____________________________________________________________________________