POUR_ETUDE_TESTA_DE_LOIN__3_

 

Le domaine des vagues croit avec l'ampleur des conditions ; les Line Up s'éloignent encore davavatage des côtes,  jusqu'à plus d'un Mille Nautique et s'éploie en couvrant une portion de côte de plus encore plus  étendue. On rencontre en fait une succession de Spots et de zones intermmittentes de réchappes et de replacements opportuns, providentiels.

RIDER  //  " REGULAR "

Voici l'un des  domaines, le territoire des plus hautes vagues  du SW de l'Île de Corse, voir de la zone littorale Corse Occidentale.

Sur l'autre côte, ( Est ),  quelques  sites dépassent la raison, lors des  forts coups de mer ou des marées de tempête !

Il nous apparaît au Large sur ce double  clichés ; un " No man's land  " ... Personne n'aura croisé là-bas par très gros temps. Très certainement,  l'auteur de ces lignes, se sera-t-il risqué ; du moins l'exigerions-nous afin de faire valoir la véracité d'un  témoignage dont le sens du détail convainc. 

En effet, au-delà des golfes, de tels sites sont très nombreux tout autour de l'Île de Corse. Le puriste, déraisonnable  s'y transporta en planche de vagues extrêmes, un jour de très gros temps. Il parvint sur un site dépassant tout ce que l'on peut imaginer en mer Méditerranée. Un champ de vagues et de déferlantes immense. Des lames d'une hauteur inhabituelle, raides, longues, espacées ! Des pentes  au glacis rare. Ces ondes tournent  lentement, opèrent en progressant vers la cote un face à face déroutant, angoissant, tel un défi de l'eau à la terre, impitoyable ! 

Ondes-messagères venues  du grand large ;  elles couvrent un espace si vaste que les vagues qui en résultent se fragmentent, se diversifient, se régénèrent sans autres fins que l'issue minérale d'une côte dentelée, aux réchappes uniquement aquatiques et momentanées. Les vents y soufflent plus forts ; ils demeurent aussi  plus " droits ",  hâlant le  large et ne rencontrant que si peu d'obstacles qui les dévient ! Ainsi disaient les anciens ! 

On ne distingue pas les fonds ; en soi, un  excellent repère qui situe le niveau de  l'aventurier en pareilles configurations de murs liquides gênant la vue.

Il est vital de savoir où l'on se trouve exactement, à chaque instant. Les formes de la vague instruisent également sur la position.

De temps à autre, devant ou sur les côtés, l'explosion de l'une d'entre elles  lancée contre un écueil disséminé à travers les étendues permet de réagir à temps, de dévier sa route. L'ouie, la vue sont fortement sollicitées ; le reste doit suivre, sans décrypter  autre chose  que les soudainetés  du terrain d'aventures.

Il existe bien des zones de relatives sécurité, rigoureusement circonscrites par la scansion de la mer houleuse ; maigre répit  en quelques endroits dont le passager aura pris grand soin de noter, de mémoriser  les coordonnées visuelles afin de les exploiter en cas d'ultime recours : ... Sans commentaires ! 

S'il y a chute : prier, peut-être et attendre ; le plongeon-canard serait illusoire, inconsidéré ... Quant au matériel, espérer le retrouver constitue le dénouement le plus heureux ; mais où, à quelle distance ?   Alors, advienne que pourra !

Nonobstant,  avoir au préalable vérifié ses capacités d'apnées et  bien ventilé ; l'essorage promet d'être suractivé, survitaminé !  Mais c'est le risque, le sens de l'extrême, la mise  d'un jeu  où la vie et la mort convolent en de sublimes  noces. Les jours de beaux temps, les vents et les plus hautes vagues se raréfient, certes ! En attendant, se contenter d'un Mistral Noir, d'un puissant Libecciu avec bascule diurne au NW, froid en basses couches et par ciels couverts. Les épisodes de Combo  s'avèrent les plus redoutables, par  houles juxtaposées et vents Side Shore 

!

 

______________________________________________________________________