Si la Mer pouvait de nos  jours devenir et demeurer berceau de la vie ! 18.000 êtres humains désormais victimes, naufragés, migrants hantent  les flots de la Grande Bleue, de Mare Nostrum, de la Mer Méditerranée, depuis le début de graves conflits qui affectent aussi  toute la planète.

Funestes desseins que ceux de la Civilisation des Droits de l'Homme et du Citoyen !  On mégote sur la nature des gaz employés pour décimer des centaines de morts civils, innocents, passés par l'empoisonnement chimique, afin de se ménager une marge de manoeuvres dans l'éventualités de répliques annoncées. Les truands d'états sont là, les dictateurs ignominieux, les tortionnaires, les assassins et les criminels de haut-rang qui, pour ne rien lâcher, auront détruit un des berceaux de la Civilisation, meurtri un peuple dont  le cosmopolitisme, l'état d'accomplissement, le patrimoine humanitaire dépassaient l'entendement, le seuil de l'ouverture. On serrera les mains de ces tueurs, marchés et commandent obligent ! Comment ? 

Oui, la mer, depuis toujours, la Mer et l'Océan bafoués, endeuillés dans leurs desseins vitaux, de biodiversité, de grands équilibres climatiques, sources d'échanges pacifiques, auront malgré eux failli à leur destins de rencontres, d'échanges et de partages entre les hommes et les continents qui les abritaient.

Aujourd'hui, l'humanité porte le deuil d'une immense région du globe plongée dans l'horreur, la géhenne du feu et de l'eau, la barbarie de la guerre et de la réplique par la guerre totale, le sang, l'enfant sauvagement  assassiné

!

 

____________________________________________________________________