palmyre_0

 

 

"  Le cynisme consiste à voir les choses telles qu'elles sont et non comme elles devraient être " 

Oscar WILDE 

 

" Une civilistion qui s'avère  incapable de résoudre les problèmes que  génère son fonctionnement est une civilisation décadente. Une civilisation  qui choisit de  fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte. Une civilisation qui  ruse avec ses principes estune civilisation moribonde. " 

Aimé CESAIRE

 

... 

Rebelle, phobique, disruptif, obsessionnel, passionnel, pulsionnel, psychotrope, bi-polaire, révolté :  tel sont les penchants et les tombants de ce Blog / Site atypique et inclassable dont vous ouvrez et visitez çà et là  les pages, au hasard de vos déambulations sur le Web,  en quête de quelque  nouvel espace numérique !

Des pages et des écrits désormais intangibles aux blessures d'une fausse grille civilisationnelle,  de l'inepte carcan et fourre-tout du tout-progrès-béton :  anachronismes, paradoxes, à l'apogée de la déraison déraisonnante, à l'acmé d'une fuite en avant aveugle, un tout chaotique émergeant, blessant, destructeur... 

Mais rivages, espérances, alliances encore possibles et viables, sagesse et mesure-sobriété, justice, équité ... 

Aux lointains qui fluctuent  dans le balancement  du pendule de l'horloge, de l'antique clepsydre, de l'immémorial  cadran solaire où l'eau, les vents, la lumière  règnent et rayonnent  encore sur les mondes intouchés des métamorphoses...

L'homme et la ville se répandent,  hélas ! par l'entremise pernicieuse et  perpétuelle de la mort programmée et  recluse,

par le jeu de la violence, du lucre et du stupre entretenus, des addictions  taxées qui caracolent au hit - parade des moeurs dissolus, de la corruption,  à tous les niveaux, fussent-ils "  moralisés " ...!

Par le sort  que les humanités réservent à la condition animale dans sa globalité, 

Rien n'aurait donc changé !  La nature, les éléments seront  toujours plus durement  dilapidés, pillés, souillés, exploités, dévoyés...

Comment et où, dès lors,  se situer, naviguer, croiser, cheminer  sans l'ombre d'un doute, plus serein, apaisé ? Le temps ne nous appartient plus : décompte et dette  planétaires riment désormais ! 

Comment se réconcilier avec le fait ignominieux dont  l'histoire regorge, une histoire habilement et sciemment nécrophage, maquillée, appropriée et interprétée à l'aune des  dominants

Il faut en rendre compte, depuis les  fenêtres ouvertes sur les mondes  que nous  présentons ici, si  souvent ; la poésie, le poème, le chant  aidant, convolons vers tout ce que nous pourrions sauver, réhabiliter, avant qu'il ne soit trop tard.

Nous sommes parvenus au terme de l'évolution moderne par le nombre et les déprédations que celle-ci fait peser  sur la planète, les forêts, les océans et les mers, les animaux,  les minorités et les tous soumis dont je suis... 

Il est  une réalité débordante de vies, de générosités, de précautions et de respect des  différences, mais 

il est aussi des inclinations tutélaires, inexorables, irréfragables qui se destinent vers  toujours plus de haines, de souffrances, de morts, de tortures, de massacres, de dévastations, de mises au pas de l'oie !

Est-ce si difficile à  comprendre, à éviter, à maîtriser et dominer lorsque l'on sait les moyens colossaux  que dégage la puissance des États-Nations asservissant les multitudes, les foultitudes à leurs fins de dominations cupides.

Dieu que le discours officiel apparaît  ampoulé ;  bouffissures de la mine contrite et torve arborant via l'effet de COM l'impudence et la suffisance d'un nouvel arbitraire que  nous aurions depuis longtemps nommé

!

CORSICA...GO56

- MAL AUX MONDES - MAL DE TERRE - 

 

 

GUERRE_DE_SYRIE__XXI__SIECLE_