La_Ghouta_orientale_bombardee_en_Syrie_On_est_vraiment_dans_une_nouvelle_phase_de_la_guerre

 

Déluges de feu, carnages, crises humanitaires majeures, asphyxie, famines, maladies, blessés par centaines de milliers, des millions de personnes déplacées, en fuite, réfugiées, en situations de détresse insupportables ! Après 7 années de destructions, de sièges, de pillonnages incessants  sur ses populations, ASSAD, aidé par POUTINE, oeuvre  dans la fuite en avant, jusqu'au dernier survivant ! Une honte à la Démocratie, une Insulte aux principes de l'ONU, aux Droits de l'Homme, à la Modernité, à l'éthique, une fin de non-recevoir au sens de l'Histoire et de l'Evolution, en plein coeur de l'olympisme ... Selon Moscou, " l'aide humanitaire  : impensable " ...

C'est à  gerber 

!

http://www.lejdd.fr/international/moyen-orient/syrie-ce-quil-se-passe-dans-la-ghouta-orientale-3581918

 

RIEN DE NOUVEAU SINON

L'ECHEC DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE EN SYRIE 

 

LES EXTRÊMES D'UN RÈGLEMENT UNILATÉRAL  

Il  y a la terreur de l'Eil, les rebelles dressés contre Assad depuis sept années, et puis il y a le terrorisme d'état orchestré et piloté de l'extérieur qui décime les populations civiles. Les armes ne discernent jamais ; elles frappent : " plomb durci ", cela ne vous rappelle rien ! Quant au problème,  au fait séculaire Kurde, observons l'opportunisme insupportable de la Turquie venue jeter de l'essence sur le brasier syrien et bien au-delà !... Alep, Raqua, tragédie actuelle dans la Gouta Orientale, Mossoul, combien d'autres " fiefs à  nettoyer " exposant toujours plus de civils ?  

En fait, accorder le  droit aux deux bourreaux Assad et Poutine  de  parachever les massacres, les attentats aux missiles contre les civils et les hôpitaux, au mépris de la vie quotidienne  profondément et tragiquement meurtrie qui se terre,  pour aller 

Vers 400.000 morts, un pan de civilisation à toujours perdu, des décennies de malheur

!

NON INGÉRENCE  

A QUELS PRIX 

?

Désormais, la Syrie, ce sont des centaines d'attentats perpétrés par le Régime, sans discernement, " usant de gaz qui n'en sont pas " : le chlore, question de nomenclature inepte oblige. On s'abrite derrière aisément ! 

Nous ne savions pas qu'à l'instar du dopage et de certains produits déclarés non-efficients,  il existait des gaz mortels, non-répertoriés comme tels, mais redoutables, aux issues  et aux maux  insidieux. Une situation, un euphémisme létal qui en définitive conforte l'élite occidentale  timorée,   soulagée de ne pas avoir  à intervenir, à traiter de façon définitive les transgressions ignobles  du parti  Baas  nationaliste de la dynastie Assad, ce qui fâcherait Moscou  ! ...

Des hôpitaux bombardés, des missiles ravageant en profondeur les villes et retournant les quartiers populaires des cités syriennes déjà détruites, sans aucun discernement, tuant  autant de civils sinon davantage que de combattants dits " rebelles " au régime Assad !

Des centaines d'enfants périssent, sous le couvert et le regard glacé de la tutelle Poutine, signant par là de nouvelles forfaitures à verser dans les culs-de-basses-fosses de l'histoire moderne en marche, au nom des droits des peuples à disposer d'eux mêmes !  Les alliances ont bon dos  qui voilent et cachent l'envers du décor ! Et ce tyran, ce bourreau, ce grand assassin et son acolyte soviétique d'agir les mains libres, sans états d'âme, devant l'hémicycle onusien  comble et  indigné, inexorablement résigné  comme aux temps des Opérations sionistes portées  en Palestine et sur GAZA sur le point d'être gazée par la poudre des  bombes.

Deux chefs d'états  qui affichent un cynisme  abjecte, insupportable devant lequel se couchent les démocraties en respectant  désormais et scrupuleusement les lignes rouges à ne pas dépasser, chacun  de leur côté ! Et si le grand barbare décide de passer les dernières poches rebelles par les gaz, les missiles ultra - modernes russes,  quoiqu'il en coûtât de vies humaines, - enfants, civils -, les Onusiens se verraient  toujours impuissants et divisés  face à toute intervention destinée à faire cesser ces tueries.

On appelle cela l'indignation, premier stade de l'incurie, de l'impuissance face au diktat du plus fort : la Russie que l'on craint, depuis toujours ! Rapports de forces et marchés confinent à pérennisation du mal et de la mort massive... Poutine se croît en Tchétchénie et mâte à tout va ! 

 

MANQUEMENTS ET DYSFONCTIONNEMENTS MAJEURS

OU DE LA SUPERCHERIE 

Un homme d'état qui assassine ainsi son Peuple ne peut présider au destinées de son pays ! Lui serrer la main  serait ensanglanter la vôtre et passer sous silence les horreurs commises par les armes de destructions massives ! Cet homme ne doit plus compter  parmi les futurs interlocuteurs d'une Syrie retournée à la paix ou à  d'autres présidents élus démocratiquement ! La paix ne sera plus jamais viable dans la région, en Syrie comme en Irak, en Afghnistan, en Palestine tant le mal commis restera ancré dans toutes les consciences, fussent-elles en exil, dans les ghettos.

Accepter le principe du droit de veto de la Russie, des cinq membres permanents à l'ONU c'est cautionner en silence les purges  entamées par le bourreau ASSAD en Syrie, contre le Régime dictatorial bientôt séculaire. En effet, quelle aubaine, quelle occasion rêvées pour le tortionnaire  Assad  et son Commis russe de profiter ainsi des chaos de la Guerre civile totale pour mener à bien,  sans épargner la population, les purges radicales auxquelles nous assistons, impuissants.  Poutine le couvre, le protège, l'aide ; nous  ne l'entendons plus ; il pilote de loin la machine à tuer en masse.

CORRIDORS HUMANITAIRES

Face à la crise, au chaos, aux crimes contre l'humanité que vous perpétrez ensemble, il est plus facile Mrs POUTINE - ASSAD,  désormais liés par le sang versé, d'acheminer des milliers de tonnes de matériels de guerre destructeurs, de développer des stratégies mortifères  infâmes que de procéder, avant toute interventions militaires, à l'évacuation de vos civils vers des camps de réfugiés prévus provisoirement en pareilles circonstances. En cela, Mrs, vous êtes redevables devant l'Humanités de crimes  contres vos communautés, votre peuple partout orphelin et mortellement blessé. Vous tirez  sur des innocents, un peuple sans armes, livré aux feux des missiles, des bombes, des canons... Frapper en Syrie sans avoir au préalable organiser les refuges aux civils est un crime ;  Honte à Vous ! 

FUNESTES LUTTES D'INFLUENCES  

Mais on continue de travailler avec lui, en bonne entente, marchés et débouchés, ressources obligent. L'argent n'a jamais eu d'odeur... Les chefs d'états jouent la carte de la diplomatie mondiale quand à terre, sur le front des guerres en Orient, en Palestine, des milliers d'enfants, de civils, d'innocents  meurent. Les représentants des états, les décideurs, les chefs d'états ont tous de ce sang sur les mains, depuis les ventes d'armes à l'état de chaos laissé par les grandes puissances venues embraser toute une région du Globe, il y a déjà et bientôt 20 années,, depuis la première guerre du Golfe. L'enfer est à nos portes, dure, reprend de la vigueur, rivalise avec les années des grandes guerres, même si le nombre de victimes n'est pas comparable.

Les conflits ne laissent et  ne cessent plus de se multiplier, de s'embraser, de couvrir une étendue croissante, nécessitant et légitimant  à chaque fois un nombre exponentiel de victimes civiles. L'extrêmisme s'exporte, la guerre le suit, met le feu aux poudres, propage ses menées à la fois gratifiantes, ( ventes d'armes - marchés ) et  meurtrières ; il convient d'être du bon côté des frontières  dont le trait ténu s'amenuise.

Exodes, crises humanitaires majeures,  exil, horreurs de la guerre à l'encontre des organisations non gouvernementales, mépris et négation de la vie, des secours, de l'aide sous toute ses formes...  Il est là-bas des visions de cauchemars, de guerres totales recommencées et  de désastres civilisationnels ! L'échec de la Communauté internationale reposerait-il  sur un couple infernal : ASSAD / POUTINE, bien affiché, entre autres séides et affidés, plus discrets et certainement satisfaits du sort  que deux assassins d'état font subir aux populations civiles, officialisant et légalisant  ainsi les  menées  légitimes d'une purge aveugle en situation de conflit, de guerre civile...

Il existe de nos jours bien d'autres moyens d'exfiltrer un ennemi  ! On ne peut tout raser, sacrifier des  centaines de milliers de victimes,  son peuple, laisser l'histoire, le concept et la problématique diplomatique justifier de tels agissements, des issues de la crise, buter  contre la contradictions et les facéties de l'analyse par trop controversée des intellectuels de salons.

Pendant ce temps, une Médaille  aux J.O, sur fonds de forêts primaires décimées en Corée, fait la une des journaux. Si l'on peut comprendre la liesse du  champion, cela ne saurait jamais effacer de nos consciences que des bébés, des enfants, des innocents, des vieillards sans défense soient pris pour cibles par les exécutants barbares aux ordres d'un véritable grand salaud et de son mentor, deux personnages qui règnent sans partage à la façon des anciens tyrans, par les armes, la  torture, la négation des droits de l'homme, contre toute éthique et de surcroît  sur les principes  fondateurs d'un nouveau monde que  l'ONU semble vouloir incarner.

§ 

CORSICA...GO56 

 

___________________________________________________________________