POLLUTIONS_PLASTIQUES_INDONESIE_

 Des taxes incessantes pour les citoyens, les populations, les usagers de la modernité et du progrès  qui engraissent en définitive le Patronat mondial !

Mais rien du côté des profits, de la production, des emballages de circonstances, propices aux commerces,  dont c'est l'origine des fléaux plastiques. Les profits, les marchés, les places boursières, dans les faits inondent  et souillent la Planète, en toute impunité, avec arrogance.

Et si les Chefs d'Etats laissent faire, ils cautionnent  et veillent sur le nerf de la guerre

C'est à gerber, Mr Hulot, n'est-ce pas

 

 

LE LIEN

 

http://www.lepoint.fr/environnement/un-ocean-de-plastique-filme-en-indonesie-07-03-2018-2200587_1927.php

 

Bien d'autres Océans-Plastiques seraient en gestation à travers les Mondes de la Planète ! Un véritable fléau que les Chefs d'États, plus prompts à faire de l'oseille, ignorent ou feignent d'ignorer...

Ce qu'ils ne mesurent pas encore constitue le pire des dangers qui nous menacent, à l'instar de la Déforestation, de la fonte programmée des Océans et des Pôles.

Ces gens-là font dans le paraître, le circonstanciel, le prioritaire et se servent de quelques créneaux porteurs à des fins de communication, électoralistes. En haut  lieu, on se situe, on se mesure, à qui côtoie les plus grands et tirent les marrons du feu.

Les indices de la Croissance mondiale n'auront jamais été si haut perchés ! Le CAC 40 est au zénith des marges et des profits colossaux, le peuple des esclaves grandit, maintenu dans un état d'asservissement révoltant, de plus en plus cadré et soumis ! 

Quant à l'état de Nature, aux ressources : qui s'en soucie vraiment et met  en marche des mesures radicales destinées à les préserver ? Les States autorisent désormais le rappel tonitruant des trophées de chasse aux gibiers sauvages ! Triste exemple, parmi une multitudes de forfaits portés contre l'étant qui nous abrite ?  

Les grands cours d'eau déversent et drainent vers les mers et les océans des millions de tonnes de déchets et d'ordures ! Qui s'en inquiète parmi les puissants de ce monde ?  Faut-il que la distance nous exempte de traiter un fléau qui impacte à court terme l'avenir de la Planète, qui nous concerne toutes et tous.

Faut-il attendre de la pléthore des COP des mesures vaines et des actes isolés, parcellaires alors que  les  forêts-poumons de la Terre sont décimées, que les océans sont souillés, que les airs sont dangereusement et durablement pollués ? 

L'heure est grave, les prévisions sont plus que pessimistes, quelles stratégies envisager lorsque le XXI siècle abritera bientôt plus de 9 Milliards d'êtres humains, quand la majorité des espèces animales auront à jamais disparu ? 

Quelles sont les véritables urgences ? L'argent ou le vaisseau  sur lequel nous sommes tous embarqués ? Y aurait-il, à ce niveau vital  de préoccupation, un ordre de priorité, quoi qu'il en coûtât  ? 

Tristes petits mondes  que ceux des Chefs d'États plus enclins à briller, à paraître, à perdurer, oeuvrant ainsi  aux commandes d'un suicide collectif mondialement programmé.

Comment et pourquoi les États ne mandatent-ils pas des Missions de reconnaissances susceptibles de dresser un constat, un bilan des atteintes que notre civilisation occasionne à la Biodiversité et, à partir de là, ne traitent-ils pas ensemble, sans attendre les causes de nuisances létales 

§

__________________________________________________________________