DSCN2015_001

 

 

Stephen HAWKING

Nous aurait confié  bien des choses  en ce jour de vernale clarté ! Ainsi de l'immémorial voyage de la lumière, du souffle et du murmure de l'univers  qui nous parviennent toujours, à jamais ! ...

L'Univers émettrait un bruit, le chant de la Lumière sidérale parvenu des confins, à l'orée de la création ou de la signification de l'entité Dieu !

Ainsi,  qui sait,  du commencement fluctuant, oscillant entre le temps et l'espace, comme une ligne lointaine sur l'horizon des infinis, une masse  d'extrême pression, d'avant l'instant primordial l'être, de la naissance du Temps, là même où la science et Dieu finissent par se rencontrer en butant sur quelque chose d'autre, un possible qui relèguerait le néant, bousculerait le rien !...

Il y a dans cette vague le témoignage d'une pluie universelle qui durant des milliards d'années serait tombée sur Terre, un goutte à goutte  immensurable. Ainsi des 5 / 7 ème de la surface de la planète couverts de mers et d'océans,  qui essaiment cà et là un continent, un archipel, des milliers d'Îles, une ceinture de volcan, des atolls et des récifs radieux.

Le dessein de l'Univers que l'on perçoit  et décrypte dans la fluance, la mouvance irradiée de la Lumière minérale donne  sur le miracle de la vie, ouvrage la diversité, sans fin, depuis toujours, car rien de ce qui fonde l'étant ne saurait avoir été engendré selon le hasard...

Un prisme, une rosace de glace naturelle, une fleur aux cent pétales ordonnés en soleils multiples, le sentiment de la beauté qui nous envahit dès le premeir regard sur l'expression multiple de la vie ! 

Que nos abrutis de politiques se penchent sur des génies, des voyants, des pointures spirituelles comme ce grand physicien qui nous a quitté ces derniers jours, comme tant d'autres hommes de sciences curieux, Anthropologues ou Astrologues, et ils sont légions. Qu'ils relisent un jour Rostand, Monod, Schweitzer, ces esprits lumineux qui auront fait progresser  et cheminer la pensée au-delà des ventes d'armes destinées à massacrer des gosses, des civils ! Et de feindre de le savoir, comme un aveu de complicité qui fait gerber l'homme de sagesse.

- MARIN - Pensées en Mer

 

______________________________________________________________________________