8974435_pict3447

Toile  /  Ingrid LEDDET  _ -  La Maison du Phare - 

Le bout d'un môle au pied du phare, Orly le dimanche ou Quai des Brumes, une  gare l'hiver  sous l'épais brouillard vers le plateau de Langres, la fenêtre arrière  embuée d'une voiture qui s'éloigne...! l'absence décline un à un les pans d'une histoire sans fin 

 


ABSENCE

 

Tu transcendes les sphères idéales
et me ramene aux horizons platoniques de la beauté
Ton domaine demeure
sans limites
chaque jour encore plus vaste
sombre présent

Silences habités
que je recherche sur la mer-azur
à travers tant d'océans
quand aux vents des mots intarissables
je vogue à la dérive
n'ayant pour alcools
que nos adrénalines

Comme tu naquis un jour  
aux accords des musiques mortes
des saisons et des lunaisons
au-delà de l'innocence
ombre à mon être qui s'ente
jamais moins absente
toujours plus caressante

La nuit exhale l'essence
dont je suis consumé
et mes sens à ton image  exaltés
esquissent les traits d'un rivage
de lointains regards partagés
que le manque parfait

De tes éclaircies sourd
le  plain-chant
un choeur à mon coeur si pur
qu'un brin de sagesse anime
ne laissant plus de t'invoquer
en mon nom      depuis longtemps  défait

Qui te nomme
sitôt naufrage
L'oubli faillit     puis convoque  
les souvenirs des écueils parsémés
Il me faut tenir le cap tangué
d'un fort coup de temps
ce quart qui roule
et que l'absence  sans appel   nulle part destine

§

MARIN - ALPHA LYRAE -

 

_____________________________________________________________________________