GRAND_ALBATROS_

 

 

A l'orée du sommeil   Nyctémérales dérives
depuis les brumes du réveil
rappelé à l'ordre d'une vision 
d'étranges interrogations
l'Un-conscient  voyage

Et je demeure       un long moment
comme happé      déjà absent
Rien ne subsiste 
que la sensation  aveugle de flotter
au-delà de tout                 en silence

L'instant propice au questionnement
éclaire ce vaisseau bleu dont je suis l'hôte
qui plane  à travers l'univers 
en tournant autour de son étoile
infiniment grand     si petit à la fois

Au royaune des Pensées denses
la raison ne s'efface-t-elle point
en louant le mystère de la vie
l'absolu   ce néant   tandis  que  le soleil 
 fulgure  et transcende

Vivant    de l'étant     inondé de  lumière 
en toute choses     miracles
que l'on eût crus uniques
rayonnant au centre de l'univers
et créés devers le temps

Suis-je    seul    égaré 
quelque part     passager de  l'espace  quand
migrant   j'accomplis 
la  traversée  cosmique
qui en révèlerait la  foi et les  sublimités

De cet intervalle      juché
entre sentience et discernement
vais-je       histoire sans fin 
probable métamophose
héritier de l'éternité

Immortalité ou vérité
ainsi de l'essence    d'une quête
dont j'aurais été à jamais       
le témoin crédule
Que l'infini alors en retienne le souffle

Abandonné      au hasard de la nécessité
à la mer      à l'océan qui élèvent
d'un commun accord
que je m'ente  
à la mémoire des mondes étoilés

MARIN- Alpha Lyrae - 

_________________________________________________________________________