DSC01993__1_

Mais découvrez  notre ALBUM KITESURF en cours -,  mode DIAPORAMA -,   en visitant ce 

LIEN

http://marin56.canalblog.com/albums/l_album__kitesurf_isula_/index.html

 

Un décor de Sierra de Djebel ! Les jours de fort Mistral, embarquez donc pour Key Largo, le Pacifique !... Et puis la mer, les flots réfringents inondant de lumières cisaillées  une baie sauvage, profondément enchâssée ; ainsi des bras de la terre accueillant le Grand Bleu et ses camaïeux.

En amont, les feux auront tout ravagé, il y a quelques décennies, avec force renverse des vents d'Est en Ouest. Nonobstant, la  dune progresse vers les hauteurs du versant exposé à la Grande Bleue puis se perd dans les brumes des  souvenirs.

Des hommes, des femmes auront ici tout entrepris  afin de préserver l'authenticité d'une terre longtemps martyrisée par le béton et les flammes. Deux logiques internes terrifiantes, implacables, impitoyables.

Une aile survole quelques îlots dénudés sur fonds de maquis ras, rabougris. Les nobles genévriers de Phénicie ne seront jamais revenus des flammes et des nuées ardentes de l'incendie ...

Paradoxales superpositions de ces fresques  douloureuses où l'eau et le feu, à deux pas l'un de l'autre, ne peuvent plus rien face à la cupidité, à l'engeance malfaisante de l'homme habité de mornes intentions, mu par  ses menées méprisant ainsi le respect de la Terre et de la Vie.

Je reste là, demeure comme fasciné par le jeu lumineux et aérien de ces ailes qui virevoltent et papillonnent sur l'azur. Un vol qui révèlent  les rochers, les reflets  et la moire d'une eau régénérant l'univers des regrets.

Combien de marches, de  promenades ont sillonné ces arpents de terre bossuées, ces  blocs titanesques que le temps et les vagues roulent indéfiniment ? 

Et l'esquif vélivole, telle une âme à la mer empennée ne saurait se taire, celer tous les mots qui dansent dans ma souvenance à l'unisson d'un chant partagé, de la brise et du friselis des vaguelettes susurrant  à la côte les nobles pensées du Zéphyr.

L'heure est à la prose marine, aux images, à l'imaginaire voltigeur d'une gestuelle éprise de liberté et d'émoi. Ne joue-t-on pas ici ces pantomimes mythiques  que l'on doit aux siècles antiques ? Un tout qui me ramène à la sagesse, aux beautés qui l'eussent jadis parfaite, exaucée comme le trait de ciseau du sculpteur magnifiant le  visage marmoréen des Néréides

!

MARIN -A  Terre -  Prose Marine 

 

______________________________________________________________________________