paris_grands_boulevards_armistice_11_novembre_1918

 

Quand on revient à la cendre, disséminé selon la volonté, sans stèle, il n'y a plus de place pour une épitaphe ... Alors, en guise de nouvel épithalame, loin de tout cénotaphe, cette ébauche d'épilogue pour l'épiphénomène  et le cénobite qui fut un jour, une année, un siècle. Un seul et unique instant, un regard, une oeillade de ce côté du monde lui  eussent suffits ! 

Un certain évoqua un jour ces " marées au petit coefficient "  ! Quel triste lapsus sourd là  du sommet de l'echelle,  quand on renaît aux glaces des palais con-quérants, c'est oublier, fustiger ce que fut la mémoire commune. En fait, l'histoire revient à louer le culte du mépris auréolé d'hypocrisies. Vraiment, croquignolesque !

Mais gare aux Marées d'Equinoxes, aux sur-cotes de tempêtes lors des Solstices, quand la Lumière reviendra,  irradiera  les justes

...

 

 

 


Tourne la page du grand livre
des hommes
Reviens    ne serait-ce qu'au commencement
du siècle dernier     celui d'avant le millénaire
et vois     Nombre
les foules grisées
le noir et le blanc mêlés
qui ne sont déjà plus que négatifs
épreuves en sursis
récits amassés   de bonne guerre 
remontant le cours Apollinaire
l'épilogue Aragon
sans leçons
Elles auront déjà passées
multitudes d'entre les multitudes
pour s'en retourner poussière
courants d'air
claquant les portes des palais resplendissants


Mais restons     veux-tu
un peu plus près      de nous
De ces deux dates qui enclosent
la traversée
quoique tu fasses
La dernière       je veux dire la suivante
ici bas      qui sait attendre
viendra clore le comput
inexorablement

Alors que la première       voix tonitruante
d'entre toutes
entre dans la danse
joue avec la vie
sublime la mort       la violence
au coeur des éléments déchaînés
ou contre le prochain
en joie ou portant le chagrin
Question de choix de mots ou d'extrêmes
c'est absurde et vain 
L'émotion et l'espace convolent
en répercutant le reflet pervers
de l'abondance sur le dos de la misère
Et cela sans partage aucun

Naître vient du hasard
du destin        des liens de la lignée
comme n'être point demeure
aussi improbable
que vrai       un absolu
Accordons à ces hypothèses
encore une fois       les faveurs d'une donne
dépositaire de la chance 
Car qui miserait sur la fortune de mer
l'issue du suicide        fût-il assisté
La voie tracée qui t'échoit
irrévocablement
ménage de frêles passerelles

En ce dédale labyrinthique
de probabilités en certitudes
depuis les fronts de l'aisance
les fosses communes de l'indigence
sois         poursuis ta légende
La cloison lentement s'étiole
au diapason de la durée qui se consume
Voiles et fumets suffisent
à dresser sur la terre des hommes
inégaux en biens
la chaîne et la trame imperméables 
de la distinction

Sort précaire
que celui de déshérité
esclave parmi les esclaves
et que l'on s'inflige
malgré soi
sitôt inféodé
à la Bête Humaine
au tyran d'argent
n'ayant plus que les yeux pour pleurer
Hélas      à la traîne du modèle

Tant de sordidités émergent
Il te faut sans frein deviser
Ferais-tu enfin preuve de sagesse
de supplément d'âme
en sachant que l'on arpente ensemble
un pan d'existence
une issue mystérieuse
qui rapprocherait 
plus qu'ils ne distancent
Le décompte est enclenché
en temps      sans leurres
qui nous convoie
sur l'océan

Nous y allons toutes et tous
tout droit
Voilà une évidence
l'unique vérité
qui vaille que l'on échange
et partage de plain-pied
l'imprévu comme l'inévitable
départ
en guise d'inconnu
au bout du quai

Qui que nous soyons
précipités      suivants ou suivis
en train ou parfaitement voiturés
avec plus ou moins de panache
certes      Nous y allons
quasiment ensemble
parfois même
la main dans la main
comme un troupeau
va à l'abattoir     à la guerre
victime de la traite
et de ses artifices sans autres témoins que l'histoire

Puissant agent fédérateur
que le trépas
quand il préside et s'évertue
en se faisant attendre
Avant que de s'oublier soi-même
en un tout indéterminé
fatalement létal
prédéterminé ou programmé
d'en - haut
d'ailleurs

On peut y assortir tout le faste
des dernières réclusions
L'éphémère les agapes terrestres
le vernis des empires vaincus
les rêves    les illusions de vol social
qui situent    qui prostituent
Nous aurons passés pour ne valoir
qu'au jour et à l'heure précise
de la commémoration
de la contrition de circonstance
où On con-descend
de l'oubli     un bref instant
se réveille et puis oublie
ne sachant plus    sitôt    ce qu'il fait
Excusons " ON "

Mais mourir
la belle affaire    seul ou    par milliers
acteur     spectateur
rouage du système
en dépit des valeurs      de l'équité
parce que la grille des chefs
courbent l'échine du bétail
Rompent à la foi
en pourvoyant simultanément
à l'exil prématuré des âmes
au royaume des-illusions perdues
et des vanités

Mourir
Oui
envers et contre tout
mais tous égaux      fauchés 
à l'orée du grand saut
Voilà qui remet sitôt
et sans artifice
le pendule à l'heure
du vide et du néant
Que deviennent la différence
l'éclat de la grandeur passée
lorsque de se résoudre
une fois pour toute
à avoir véritablement tué
le temps
sans plus aucune prescription qui vaille

 

§

 

-  MARIN -  Dérades -