PHIKARIA_SANTU_

 

 


Je ne sais ce qui me possède
obstine       lancine
Fulgure
le coup de temps
dont je demeure l'hôte
de passage
sur le fil tangent
de la lame

Accorde-moi
poéte d'un Jour -  
un Jour      d'épaule nue
tes premiers accords
aux mots de nous qui s'assemblent
en silence

Instant d'hymenée
perpétuellement recommencé
Que le grain traversier
en retienne le souffle
éploie    
ses voiles immaculées

Surgie de nulle part
Dessein franc 
des houles lointaines
Loin de la foule
Une messagère égrène
en contant
ma centaine d'amour

§

- MARIN -  Pensées en Mer  -

 

_____________________________________________________________________________