VERS_TIMBUKTU_FASSO_

 

 TUMUTU FASO EN BAMBARA 

SYMPHONIQUE CONTRE LA GUERRE 

 

 

Dansent les étoiles
Jardin de ciel
l'appel  y  décèle 
le mystère      libère  le chant 
Unique message de nous 
retrouvé                      Lumière   sans nom    

Un chant     Jardin 
sans frontières
L'oiseau des rameaux
louange des visages  bigarrés 
et les blés ondoyant sous la brise
d'avant les orages 

Du chant      de la savane
Une voix africaine
Ballade
exalée         emporte si haut
dans le couchant     les reflets rougeoyants
de l'histoire    du  grand fleuve  
 fablier de l'éternité 

Les rives d'un chant     exilé
s'accordent aux champs
immémorial  du conte 
Le Blues demeure      Malien
Quand la guitare      et     la kora
vibrent de toutes leurs cordes
Le Djeli émeut     profondément
convoque la souvenance    
L'oralité  joue alors un morceau de nuit

Nomade    pèlerin
partage ces lointains
dont le filigrane diaphane
révèle sans fin la chaîne
et la trame déliées  
d'une gestuelle aveugle 
vouée à la Terre des ancêtres
en dansant
Korogo   Teranga   Timbuktu Fasso

A la source du chant
sourd      dense
l'eau-delà des maux
que la harpe délivre
Sibylline cascatelle
notes perlées
comblez encore
l'écrin et ses secrets
qui palpitent
sous l'arbre  
et sa  complainte

Qu'une hirondelle
dans les cieux  
absente
rompt au printemps
et le chant pleure
comme il songe
à mourir
en pansant tous ses Mondes

- MARIN - 

Quelque Chose à Dire  

 

VOIX / Philippe JAROUSSKI  - Toumani DIABATE 

__________________________________________________________________________