Inde_un_niveau_record_de_pollution_a_New_Delhi__1_

Nous reviendrons sur les effets pervers et tentaculaires de l'activité humaine exacerbée par les politiques d'états. Le contexte que  vit New DELHI est à nos portes, justement par les causes de désordres et leurs répercussions tous azimuts que les Politiques orchestrent d'une main de fer ! Convoquons à nouveau l'étude des systèmes, nous y verrons plus clair au coeur des fumets techno-cratiques

!

LA DERNIÈRE

 

A l'heure du Mondial, la

RUSSIE ET L'ARABIE SAOUDITE VEULENT AUGMENTER LEUR PRODUCTION DE PETROLE  ! 

BRAVO  / MERCI POUR PARIS 2015

ET DES CHEFS D'ETAT DE SE LA JOUER DE  BROMANCES EN SUCETTES 

 

http://www.lefigaro.fr/international/2018/06/16/01003-20180616ARTFIG00118-inde-a-new-delhi-la-pollution-est-dangereuse-et-se-ressent-physiquement.php

 

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/continent-antarctique-dix-ans-sauver-antarctique-reste-monde-71621/

 

***

 

Nous apprenons que la FRANCE compte parmi les 2 mauvais élèves concernant la lutte contre le Dérèglement Climatique ; fort de café pour la grande puissance  qui  initia et mena tambours battants les travaux pompeux des Accords de PARIS, - 2015 -  !

Comme d'habitude, effets d'annonces grandiloquents, velléités, voeux pieux, tromperies et mensonges d'état quand vers la base, à l'encontre des masses, la Taxe bat son plein, du moins lorsqu'il s'agit de s'enrichir sur les hausses  du prix des énergies traditionnelles indispensables à la vie quotidienne imposée.

Il faut savoir que l'univers de la production sollicite autant  voir plus ces sources d'énergies aujourd'hui indésirables et dangereuses. Mais investissements passés et contraintes d'amortissement ont la vie dure ! Malgré toutes les aides de l'état, rien y fait, le système, la grille et la chaîne de sur-production, continuent de piller et, de là, de souiller, rejeter. Mais à ce niveau, les banquiers d'affaires ne taxent pas, ils encouragent, satisfont aux exigences de la bourse, sous l'égide de l'ordre économique mondial, de ses équilibres intouchables. Alors, un ministre de la transition écologique ! Que peut-il bien  tenter qui infléchisse dans le bon sens  la marche de la productivité en Marche ? Rien qui n'ait d'effets tangibles  sur le terrain.

Lorsque l'on sait  que la Colombie  détruit  annuellement  l'équivalent de la surface du Luxembourg de Forêts Primair ! Un exemple, certes lointain, mais 2586 Kilomètres carrés d'espaces forestiers rasés, montre à quel point les états entre eux s'ignorent et ne respectent absolument rien, ne se sentent aucunement con-cernés, laissent-aller, indifférents ! 

Ainsi en est-il du cours et de l'inertie funestes du système productif que les grands de ce monde provoquent et maintiennent, voire accélèrent chaque jour afin d'honorer carnets de commandes, impératifs de croissance, niveau et  genre de vie, surcroît de richesses, le tout sur le dos de la Planète.

Quant à la dette écologique, elle  n'aura jamais été leur affaire, dans les faits, considérée. Les chefs d'état poursuivent, butés, bornés, feignant de ne point ignorer, s'obstinent, ne lâchent rien, augmentent les cadences  du travail, donc la  demande en énergie, polluent, réchauffent, salissent, pillent, laissent faire ailleurs, - commerce et compromis obligent -, la liste de leurs forfaits à l'égard de planète bleue serait trop longue et surtout révoltante.

Mais ils décident, auront été investis pour tout casser. Dans la rue, les masses défilent pour quelques euro de plus,"  Olé - lé - lé  / Ola - la  - là ", pour rien, matées, dressées, malgré des mois de grèves ! En amont, c'est la curée du patron qui s'est gavé et se tire avec des millions,  un salaire mirobolant à vie en perspective, le tout sur le dos des bosseurs. 

Alors, parlez-leur de New Delhi, de l'Antarctique, de la forêt Colombienne, Indonésienne, Brésilienne, des plastiques qui asphyxient mers et océan, des récifs coralliens qui blanchissent, de la glace qui noircit, des catastrophes naturelles de plus en plus vastes et aigues :

_  " Circulez, y a rien à voir " ! crie le CRS mandaté qui cogne dur sur les foules dépitées ! 

Ainsi vont les mondes en sursis et en périls guidés par la tune, l'argent-roi, aux sommets de tous les  états-prédateurs. La Grand-messe continue, le blé n'attend pas, il est vorace, c'est un peu comme l'ambition, le rêve de vol social qui situe et plonge en enfer le peuple dominé, abusé, saigné sur l'autel de l'or noir

!

CORSICA...GO56