COUR_D_ECOLE_GOUDRONNEE_RECEMMENT_

 

Une cour d'école, récemment goudronnée ; on y apprend, là, les nuisances du déréglement climatique, le développement durable. Mais moins d'entretien, oblige, consignes  d'état !  

 

ÉVIDENTS CONSTATS 

 

 

Face aux chaleurs accablantes qui s'annoncent et iront sévissant,  face aux manifestations d'un Dérèglement Climatique Majeur, face aux urgences qu'imposent de lourdes menaces pesant  sur la santé et la salubrité publiques, comptes tenus des avancées  technologiques favorables, durables, positives, il est impérieux de repenser la Ville, du centre vers les périphéries, de la simple commune à la mégalopole.

Sans une prise de conscience générale et non réservée aux seuls milieux aisés, l'homme et la ville seront en rupture totale, l'un et autre exacerbant des désordres à venir insurmontables, effrayants.

Nous observons des cas de figures  tels que Lyon, Grenoble, les épisodes  de violentes canicules que ces deux agglomérations concentrent  chaque été, qui deviennent lots habituels des citadins, caractéristiques géophysiques aidant.

Les exemples iront se multipliant, sévissant de plus en plus, avec des pics  et des durées de canicules  hors-normes inconcevables aujourd'hui, dès  demain. La cloche sous laquelle nous vivons se voit encombrée d'un manteau de plus en plus épais de gaz à puissants effets de serres. Les répercussions tout azimuts engendreront des cycles infernaux qui exacerbent  déjà la montée en puissance des températures.

Plus encore, le rayonnement solaire atteint des indices et des valeurs  que le corps ne peut  plus supporter. Tel est le bref constat qui s'impose et qui préside aux  décisions à prendre par  les autorités territoriales, étatiques, privées ...

 

 

PARKING_GRANDE_SURFACE_SANS___ARBRES_ET_GOUDRON

 

 Nous poserons des Images de ces immenses Parkings, ( Grandes Surfaces ),  surchauffés à blancs, noir de goudron, avec en prime des milliers d'auto brûlantes sationnant au soleil et aux pieds d'habitations urbaines ; c'est impensable ! C'est là le respect des clients ...

 

AUX MAIRES ET ÉLUS 

DES INTERDICTIONS DRASTIQUES SONT A SIGNIFIER QUANT A

 

_  LAISSER,  dans les cours d'écoles et d'établissemnts scolaires,  les revêtements béton ou goudron qui existent !  C'est insensé, impensable, nuisible ...

_   A tous les parkings en goudrons ! Ils prolifèrent encore de nos jours ! Des grandes surfaces aux aménagements de Mairies, on n'a pas encore compris  que ce type de revêtements, sur des milliers de M2, voire d'hectares, en ville, pouvaient engendrer comme surcroît de chaleur, même la nuit par rayonnement.

 _ Aux déboisements injustifiés, inopportuns pour y loger des infrastructures industrielles et commerciales ...

_ La construction de tours et de cages à poules réfléchissant à outrance  la chaleur, freinant la circulation de l'air dans les quartiers.

La construction de hangars et d'entrepots en tôles, en fer, sans mesures assorties de protection ou de réflections efficaces contre le rayonnement   solaire.

_  Le laisser-aller quant  à des surfaces  communales et urbaines immenses, - Terrains  vagues -, non boisés, laissés en friche et sans que ne soient planté un couvert végétal approprié et adapté !  

_ La réduction de tous les espaces naturels collectifs  à des fins d'exploitations industrielles qui impacteraient directement les populations.

_ L'utlisation de matériaux traditionnels perpétuant  un type  de constructions obsolètes et totalement inadaptées aux exigences du climat...

- L'abandon ou le désintérêt des communes,   lorsqu'elles disposent de rivages marins ou de berges fluviales   susceptibles d'offrir aux populations un lieu de fraîcheur et d'évasion,  sous un couvert végétal entretenu et ventilé !  Leur signifier une obligation d'aménagement.

_  Intervenir lorsque les communes, - les propriétaires de terrains  abandonnés - laissent leurs biens naturels en l'état, non entretenus,  encombrés de ronciers, d'herbes folles, enfin tout espace générant un surplus de chaleur parce que non boisé.

Nous le constatons, les surfaces peuvent s'avérer immenses, rayonner  et réfléchir un excès de chaleur sur des milliers d'hectares industriels ou terrestres mal  gérés.

La liste ne serait jamais exhaustive ! Mais de l'exemple, de ce qui nous gêne en vivant l'homme et la ville, à l'aube d'un bouleversement climatique majeur sous nos latitudes jadis tempérées.

Ce n'est qu'à ce prix que l'on pourra reculer les seuils d'activation de l'air conditionné ... 

En deuxième partie, nous verrons quelques possibles solutions, des propositions, en guise de propositions citoyennes responsables, sans l'ombre d'une polémique

CORSICA...GO56