LE MONDE DES AFFAIRES 

 

Un seul homme et ses forfaits lamentables viennent empoisonner tout un Pays ! Une affaire d'état, à tous les niveaux, jetée  en pâture à l'Opinion publique que le gouvernement  presse comme un citron, qui ne vit que quelques semaines l'année...

C'est donner du grain à moudre au microcosme institutionnel afin d'enflammer la scène et le théâtre politico-médiatique. L'individu incriminé sur faits, flagrant-délit  irréfutable oblige, doit  immédiatement comparaître, à la lumière  des faits connexes, comme le quidam qui contrevient  et faillit au  droit et aux valeurs d'une vraie République de Justice sociale, d'égalité, de fraternité, de Liberté...

Pourquoi tout ce raffût  ? 

Triste France où l'on passe de la liesse et de tous les amalgames glamour à la déchirure de la représentation nationale pour un strapontin médiatique, à l'opportunisme le plus basique-instinct de la violence en réunions et en uniformes, aux camouflés d'une condition taillée sur mesure comme un complet ! ...

Sur fonds de vacances, de repos annuels légitimes, voilà que l'acteur et le système, avant la rentrée très prochaine, mettent le  feu aux poudres, enténèbrent l'horizon d'une année de labeur.

Il souffle désormais un sentiment amer,  ces  rumeurs indécentes, l'ombre de révélations qui révoltent le Smicard, l'employé  précaire, le retraité rincé, l'intérimaire dont les poches sonnent clair.

Les coupes réglées dans le budget des ménages se succèdent. L'amoindrissement de l'espérance de vie, une fois libéré du  temps contraint, ne laisse plus de barrer l'horizon, de s'étirer et de sévir aux seules fins financières et fiscales d'un type de société aux abois, qui ne parle que de fairedes économies en régressant.

Alors que la planète en surchauffe ne cesse d'envoyer de dramatiques signaux, que les canicules vont s'accélérant, s'intensifiant, se généralisant, le monde politique poursuit sur les voies insensées, irresponsables  du tout  profit, de l'économie, de la concurrence, de l'explosion du trafic aérien et maritime très polluant. Nous vivons le  culte du chiffre et de la démesure sans frein.

Quel Chef d'Etat tirera le premier la sonnette d'alarme, celle qui stoppe le train  et la machine infernale ? Ne voyez-vous donc pas que nous nous précipitons vers le ravin, le gouffre, contre le mur infranchissable  et le point de non retour ?

 Noyez-vous déjà dans un verre d'eau quand le fil et le cours des jours, des mois et des années tempêtent et menacent de s'affoler à n'en plus pouvoir de lutter, de réagir, de se prémunir ! 

L'an prochain révélera son lot de tourments climatiques

Même si une affaire requiert sévérité et justice, comment masquerait-elle une réalité inquiétante, les manifestations d'une injustice sociale permanente,  cette  précarité obsédant chaque lendemain, le cours d'un ensemble de services mis à mal et pourtant tellement utiles et nécessaires, l'évolution de nos villes et agglomérations qui à court terme iront suffocant et générant de plus en plus de victimes par pollutions et extrêmes climatiques.

C'est bien de cela que nous souhaitons vous  entendre parler :

Le  solaire, l'éolien, l'eau recouvrée, les  forêts régénérées, les  zones marines sanctuarisées, la chasse fortement contrôlée et mesurée dans le temps, les aménagements durables, toutes les formes de d'une  transition écologique efficace, efficiente, incitative, le  traitement des déchets, les créations d'emplois dans tous les secteurs de la relation NATURE - HOMMES DE DEMAIN, la disparition de TOUS LES PESTICIDES ET ENGRAIS, et tant d'autres perspectives apaisantes comme l'erradication définitive de toutes les souffrances animales inacceptables, le  respect de la vie...

Est-ce un pas décisif  de recevoir Madame BARDOT  ? Alors, transformer l'essai  afin  d'être crédible, en Marche

Mais de grâce, cessez de mousser dans ces verres d'une eau âcre, surie, trouble, opaque qui font les gorges chaudes de la rumeur, de la vengeance, de l'agressivité, de ces opportunités à rentrer dans le lard du pouvoir en caracolant sur les chevaux de la discorde et de l'opposition systématiques mordant dans un morceau de viande lâché à la meute !

Il existe, à tous les niveaux de la hiérarchie sociale et politique, quelques soient les gouvernements, des zones d'ombres  et des bévues qu'il convient de traiter  avec les moyens que la République  offre et impose selon le droit et la justice, la défense des Valeurs essentielles. 

Que ces mots ne soient plus maux pour tout le monde mais bien mots, emplis du sens vrai et loyal, juste, des mots  susceptibles d'éclairer les voies constructives de la Liberté, du bien-être, de l'espérance, d'une cohabitation éco-responsable ! Il y a périls à bord de notre vaisseau

 

!

CHRONIQUE 

GHJORGHJU D'OTA