DUNE_RAVAGEE_CORSE_

Immense dune en majorité impactée et détruite, affaîblie par des ouvrages majeurs en amont et dont le lit du torrent, en zone péri-urbaine aura été entièrement investi par l'industrie et la grande distribution. Les dégâts sur l'environnement sont considérables. Rien n'est fait

!

CORSE 

 

Personne ne peut s'arroger la  DUNE, une portion sablonneuse du domaine littoral, justement et plus précisément au niveau  de ses parties arrières, là même où l'interférence Mer / Terre devient pregnante, assure les contreforts naturels et évolutifs  susceptibles de stabiliser tout l'édifice du cordon littoral  sur lequel poussent les arbustes, le maquis ras, les  plantes endémiques. La DUNE, surtout  sur l'Île de Corse,  constitue avec ses ramifications lacustres un véritable Biotope / Écosystème remarquables

...

Il s'agit d'un  bien naturel imprescriptible et nul ne peut se targuer ou s'arroger le droit d'amoindrir, d'annexer  à des fins personnelles  cet espace essentiel, fût-il une  seule partie, sous quelque prétexte ou argumentaire que ce soit. La dune ne requiert point de jardin botanique ; il serait   conçu là où la Dune se fond dans le versant, le tombant, le côteau, le champ, mais pas sur la Dune et l'interface Sable - Terre ! 

D'autre part, nous notons et observons partout, à de très rares exceptions, que les occupants du domaine maritime grignottent  sur le lido, vers les  graux,  n'hésitent pas à  aménager leur parking en tuf voir en goudron qui ravira la clientèle, souvent si mal faits et improprement conçus à la va vite en usant de blocs et de techniques d'enrochements douteuses et laides  ...

C'est une enfreinte à la conception  et au respect que l'on  doit  à de telles  zones littorales de tout premier plan et, il conviendra de faire reculer  maintes exploitations, afin que l'île de Corse  se voit enfin réhabilitée dans ses contours, pour son trait de côte absolument sublime et unique. Car bien souvent, il suffit de reculer de  10 à 20 ou 30 mètres, soit dégager, libérer une bande mal et à tort  occupée, qui déstabilise le reste de l'ensemble destiné à lutter  contre tous les nouveaux phénomènes érosifs que nous devrions connaître, notamment   et suite aux effets du dérèglement climatique.

Un état des lieux   s'impose ! Une fois établi, il mettrait en exergue  un ordre de priorités et un moratoire dont les échéances  à court terme seront respectées selon un cahier des charges drastique. Ce n'est qu'à ce prix que nous pourrons  légitiment revendiquer le caractère exceptionnel d'un domaine maritime parfaitement préservé, protégé, tombant sous la coupe de  toutes les dispositions de préventions obligatoires face à tous les types d'érosion.

Un tout doublé en amont du nettoyage des cours d'eau limitrophes et influants la zone,  de l'opportunité ou non d'ouvrir, de dégager les graux  obstrués selon les hivers, d'après  études d'impacts, (Cf / les travaux de commissions ad hoc :   Hydrologues, géologues, élus, exploitants commerciaux ) ...

N'y voyez - là aucune polémique, mais force est de constater que les dunes de la grande baie de l'Erbaghju, ( résultant des apports et arènes  granitiques du bassin de l'Urtulu ), les hautes dunes de Barcaghju et leurs splendides forêts de Genèvriers de Phénicie  sont redevenues de véritables écrins. Rien ne s'oppose au développement  lorsqu'il est en amont mûri, réfléchi, éco-responsable et durable, esthétiquement et respectueusement mené ...

Nous avons assez  de voir des exploitations, des privés, des communes occuper le front d'une exclusive illicite, négligeant  plages et dunes, en milieu  rural et urbain, près des embouchures et des axes routiers. Que les Élus réagissent et considèrent ce vaste dossier afin d'investir et de miser sur la valeur, la valence

OR BLEU INTOUCHABLE ET REHABILITEE

 

SUR LE POURTOUR DE L'ÎLE // IL Y A URGENCES

 

!

 

ANTON - PASQUINU D'ATALA 

PER 

CORSICA...GO56

 

ARRETER_CES__CONNERIES

_____________________________________________________________________________________________