DSC01175_001

 Qui peut dire la puissance, l'énergie  contenues dans pareils édifices atmosphériques ? Des colonnes d'eau titanesques dont le sommet dépasse 10 Km de haut et s'évase en touchant la limite de la stratosphère. Des centaines de milliers de M3 d'eau, de glace en mouvement dans les plus vastes  nuages, dirigeables incontrôlables que l'atmosphère eût développés. Aujourd'hui, avec les interférences redoutables, les extrêmes climatiques, que sait-on si ce n'est qu'il faille fuir l'hydre aérologique et la saluer bien bas 

!

 

  LE SUPER DÔME HESMISPHERIQUE 

 

Dont on tait les mensurations à l'échelle de  plusieurs continents, avec ses  excroissances, ses dorsales, ses marais barométriques inébranlables et contaminés ! Un monstre anticyclonique au-dessus de nos têtes,  centre de décisions  hybride de la vie de l'atmosphère hors norme, hors époque ; mélange détonant, explosif, thermodynamique, bourré  de Gaz à  effets de serres, d'Ozone, de Dioxyde d'Azote, saturé d'humidité et de masses d'air surchauffées qui  s'affolent en s'élevant  par-delà le Massif Insulaire... Un brassage  entre air  plus stable et sec,  de plus en plus froid  et  humide, proportionnellement à l'élévation de la formation  du redoutable  nuage d'orage : le

 

CUMULONIMBUS, ou le CUMULUS CONGESTUS 

 

ATTENTIONS   ORAGES  D'ETE 

 

A ce stade, au-dessus des massifs, se produisent de  très violentes ascendances, on ne plaisante plus, le nuage s'évase à la base et monte, monte... Dans sa partie inférieure, la  colonne noircit puis fonce sur toute  sa hauteur, menace, se déchaîne dans un tumulte d'éclairs. Un déversoir d'eau  colossal suit, aux  dimensions  de sa superficie,  de  l'ombre portée du titan stratosphérique, ( jusqu'à 12 Km de Hauteur parfois ) ! 

Il faut savoir que ce type de nuage, pour 1 Km2 de surface, peut libérer lors de l'orage, l'équivalent de 180.000 M2 d'eau, soit 18 Millions de Litres,  en très peu de temps.

Alors, VACANCIERS, lisez bien ceci, n'attendez plus, quittez les bords de rivières, de ruisseaux, les torrents, les embouchures et les proximités des graux ; éloignez vous par l'échappatoire le plus fiable et rapide bien avant que n'écalte l'orage de montagne. Et si celui reste  loin, inaudible, fiéez-vous à la couleur de ces gigantesques formations nuageuses d'orages capables de tout ravager, emporter sur leur passage, avec de possibles tornades.

Vous le savez très bien, l'Île de CORSE est un vrai château d'eau ! Autant de vallons, de combes, de vallées d'altitude, de cours d'eau qui se nourrissent- entre eux et gonflent au-delà de tout ... Les canicules à répétition déstabilisent davantage les processus de type orageux dans le sens où les très violents contrastes thermiques entre le sol surchauffé et les basses températures,  l'air rejeté à la limite de l'atmosphère engendrent l'apocalyse, un front surpuissant, des précipitations dignes du déluge, un vortex où l'énergie est décuplée au centuple.

Ainsi naissent les vagues de torrents, de tout petits ruisseaux que l'on pensait inoffensifs et qui surprennent trop tard par leur ravage. Il y a un véritable danger que notre ère rend encore plus menaçant, imprévisible, brutal et soudain.

SOYEZ ET RESTEZ PRUDENTS

!