OMBRE_D_UNE_EOLIENNE_001

Regardez ce troupeau de Moutons, regroupé à l'abri d'une éolienne, tant il fait chaud. Manque de brise, pas le moindre souffle d'un air suffocant, à plus de 38 ° C, à l'ombre, dans le champ, avant l'envolée des 13 / 14 heures locales. A quelques pas, la double-voies rend  l'haleine brûlante des moteurs lancés à 3500 tours minutes / litres de cylindrées de fumées  et de gaz

!

UN LIEN TERRIBLE

 

https://www.lemonde.fr/climat/article/2018/08/07/lourd-bilan-de-la-canicule-en-europe-le-feu-menace-une-ville-au-sud-du-portugal_5340259_1652612.html

 

 CONTEXTE 

 

La situation, le marasme, le marais dégueulasse barométrico-klimatique est là pour  durer, per-durer. Inamovible dôme de miasmes et de merdes économiquement générés.

Les bulletins météo se répètent, jouent sur les seuils de canicule en mégotant grave entre le JAUNE et l'ORANGE, question de pénurie des moyens.

Pendant ce temps, des centrales thermodynamiques stratosphériques, - CUMULONIMBUS, -  se développent sous nos yeux, en roulant,  s'évasent et s'étendent sur des dizaines de Kilomètres carrés avant de noircir et de se vider de leurs eaux sur les massifs.

Tous les jours, des centaines de badauds sont évacués des bords et des rives des torrents, dés-informés, irresponsables, ignorants des risques encourus. 

LA NOUVELLE GRILLE

 

Aucun flux, aucun front, aucun courant synoptique ! La vie de l'Atmosphère est bloquée, depuis des mois,  sur tout le bassin Méditerranéen, laissée  et livrée aux développements et ascendances d'air chaud diurnes, de violents orages de montagne  qui ne refroidissent plus les plaines et  les villes surchauffées par leurs boyaux  saturés de pestilences  nauséabondes et de poussières.

Nous sommes paraît-il en été ! Non, cela n'est plus l'été, mais un enfer zonal généralisé !

La Corse  traverse une autre ère, désormais victime d'une affluence déraisonnable, certainement pas préparée à recevoir et à assumer un tel afflux sur tous les fronts des rejets ; mais c'est là un autre problème...

Quant aux manifestations  du dérèglement climatique couplées aux types de pollutions actuelles, le mélange devient explosif, insupportable. Il s'incruste. Nous sommes entrés dans une époque hybride impactant  de façon exponentielle notre Environnement et  nos  Cadres de vie, sans exception.

PREVENTION   /  SECURITE / ANTICIPATION 

 

Espérons que nous ayons  à faire cette année à l'anomalie et non aux futurs déjà progtammés, inévitables.

Espérons que 2019 reviendra avec son lot de charmes et de douceurs insulaires  habituelles.

Espérons que nos ÉLUS prendront à bras le corps toutes les nouvelles perspectives de la ville de demain susceptibles d'affronter le pire, de minimiser les excès et les extrêmes climatiques majeurs qui à très courts termes risquent de déraper de façon incontrôlable. Nous y revennons  sous peu, avec une approche de l'Urbanisme Insulaire de Demain.

 

Quant aux vents, ils resteront faible à juste modérés, très localement, sans aucune  évolution vers le courant d'Ouest et le grand frais ! Si cela reste salutaire pour les feux potentiels, voici une réalité qui rend compte d'un désordre climatique majeur, inquiétant, plus qu'angoissant : il faut réagir et vite 

!

 

_____________________________________________________________________________

Depuis le début de l'année, des records absolus dépassant les 45°C ont été atteints en Algérie (51,3°C à Ouargla), en Inde (48,6°C à Khajurâho), aux États-unis (47,8°C à San Bernardino) ou encore au Portugal (46,8°C à Alvega). 

______________________________________________________________________________