PUFFIN_CENDRE_OU_ANGE_PUFFIN_

 

 

Qui sait si le marin  retrouve  son compagnon des grandes solitudes, le Puffin Cendré ...?

Qui sait si le Puffin Cendré  le reconnaît et se montre ainsi toutes les fois que la mer et l'azur les rejoignent ?

L'homme ne  navigue jamais seul, même à bord de la tempête, de l'hiver, survolant ensemble la nuit profonde.

Un oiseau toujours l'accompagne, prend son envol ou croise sa route, où qu'il aille, au terme du jour ou le matin,  baignés d'aubes uniques.

Sternes naines, essaim d'avocettes élégantes en migration, cormorans aux creux des vagues embusqués, ballet des Puffins Cendrés, Martinets au vol ras et fou, les oiseaux marins  et l'esquif vélivole  sont de la partition azurée  des jours que les vents et les vagues rythment  indéfiniment.

 En voguant, le navigateur ne les voit  pas toujours,  lorsqu'ils rasent les flots et  se confondent  aux  blanches gerbes du sillage ou alors  tournoyant au-dessus du mât, comme s'il en eût été d'un salut, de la délivrance des âmes ... 

La mer et la terre  ne sauraient se passer des oiseaux, et pourtant, voilà qu'ils déclinent, partout, s'absentent des mornes berges !

Un réel cauchemar que le chant des vagues et des torrents dépossédés du trille et des arpèges des passereaux, des mouettes et des goélands !

En forêt, en mer, au large, la même  liesse habite l'existence aventureuse. Viendrait-elle à manquer, à disparaître  à tout jamais !   Quels  silences alors  plongeraient nos âmes vers le chasme et l'angoisse ? 

-  MARIN A TERRE  -

FAMILIER_DES_CORMORA

 Moment privilégié avec les Cormorans très familiers ; une exclusivité qu'ils accordent à l'intrus qu'ils connaissent 

______________________________________________________________________________