DSC03966

 

" ...  la folie m'a toujours sauvé
et m'a empêché d'être fou ... " 

H-F THIEFAINE

 

 ***

 

 

 

POÈME ESCHATO - LOGIQUE 

OU DE L'INESPOIR 

 

 

Élu   dirigeant     décideur
édile de la ville 
ce texte   à l'orée de la poésie
 ou du chaos
vous est destiné
par-delà toute veille
éco-logique et polémique
humblement et au-delà
des censures en cours

Voici
Un poème    en guise
de mise ou de pari
sur l'avenir du futur
qui n'aurait d'autre guide
ou d'issue vitale
que la petite île
qui nous abrite
et nous emmène nus vers demain

Que de ciels angoissés
aux nuages tourmentés
qui s'effondrent et qui tuent
Tant de domaines défigurés
Plages balafrées
métal     béton     murs
agglomérés
dilacèrent  les hautes dunes occupées
annexées
où les vents de la mer révulsée
charrient en hurlant  le plastique broyé

Les champs de posidonies
les prairies marines asphyxiées
se répandent en îlots
à la dérive de la forfaiture 
La fuite éperdue  des torrents souillés
inexorablement encombrés
tarissant  l'été    vomissant
le tribut infâme des crues 
diluviennes  l'automne 

On vient ici      on accourt
de plus en plus nombreux
lourdement armés    pour décimer
encore et encore
sous l'eau turbide
des exutoires urbains
l'expression de la vie primaire

Et je ne vois plus
dans leurs failles lumineuses
le corb   le sar    le congre
et la girelle   que l'onde berçait en bouquets
Les fonds se meurent
surchauffent et blanchissent
à l'instar des coraux
de la Grande Barrière
des récifs déjà artificiels

Étuve acide      air  moite
sans autre perspective
que la vision de la Mer Morte
la moire et le miroir plombés
ou désespérément bleu-turquoise
des baies et des golfes surfaits
au fin croissant de sable
mal enroché et surpeuplé

Vues des hauteurs
lagons ultramarins 
sont prisés   certes    mais à l'aune
du cliché enclavé     de la carte postale
qui se monnaient à prix d'or
Les ports saturés     les  effluents
graissent leur tiroir-caisse
alors que tout baigne dans l'huile-moteur
la démesure   l'encombrement
de la ballade malodorante
jusqu'au coeur d'un azur nauséabond

A-t-on vraiment pris la mesure
de la démesure      de la curée
hors les prophéties désuètes
des ravages auxquels les décideurs
petits et grands
s'attèlent sans freins
et blessent  Planète-Océan
en contaminant la Grande Mer sépulcrale
en produisant la  masse  impitoyable
de l'excès    au nom de l'argent-roi
et des profits aveuglants
Le déchet  enfouis et le rejet âcre
s'en retournent  infecter  la source
Mais de quels équilibres
de quels accords   vils  parlent-ils

Encours dramatiques    mal amortis 
extrêmes atmosphériques     dômes stratosphériques
conséquences incalculables
Premiers exodes climatiques
canicules océanes et arctiques
catastrophes  ouragans    typhons    
inédits    incendies terrifiants
fonte irréversible des glaciers
assèchement des grands fleuves
le bilan marque et martèle
le bouleversement radical de notre ère
valide le désordre mondial
et la nouvelle dette
patentés sur lesquels prospèrent
dominance et richesse
de puissants leviers
aux commandes du vaisseau
Terre  en périls

Le Dérèglement du temps  promet
des moussons     des saisons
et des hivers meurtriers
une explosion des conflits
arrimés   à la survie    à la subsistance
objets  de migrations incontrôlables
tandis que la biodiversité
perd le contrôle du cycle
tutélaire des renaissances
Cris    alarmes    dangers
Planète Bleue en souffrances  

ASSEZ

Le respect de la vie
confine à la gageure
Velléités    guerres de chapelles
déclarations pompeuses
hémicycles ou Cop pléthoriques 
consensus minables
dénis irresponsables
Les crocs acérés des ors
noirs   bleus    blancs
enténèbrent l'horizon
et ne lâchent plus prises
Dans les hautes sphères
et les arcanes des marchés
on se tape dans le dos
pour pérenniser sans scrupule
au premier chef    hélas
le sens inflexible des affaires

La transition dérape  
sur son erre visqueuse
tergiverse  afin de  ménager l'acquis
et le milieu trouble des trusts      des  lobbies
abeilles    oiseaux atterrés
meurent assassinés  
sur les terres empoisonnées de la chimie
et le ruisseau des montagnes
en multitudes
en crue
convoie   le poison 
vers la mer et l'océan
de l'intranquilité


L'îlot de toutes les beautés
ne peut prospérer sur  le chancre
et la mort programmés 
du patrimoine et du substrat

!

 

MARIN 

A Terre

 

_______________________________________________________________________