LE_N_IMPORTE_QUOI_

 

SACS DE SABLE, ENROCHEMENTS, BLOCS DE BÉTON, TRONCS D'ARBRES,  etc ...! Le n'importe quoi, inacceptable !  Enlaidir le littoral, l'occuper les pieds dans l'eau : est-ce la nouvelle donne ?  pour espérer reculer l'échéance du départ, si mal, en accélérant tous les phénomènes et les interférences des paramètres et des causes diverses de l'érosion NATURELLE et ARTIFICIELLE : 

ABSOLUMENT NUL ET DANGEREUX POUR NOTRE PATRIMOINE ET L'ACTIVITE DURABLE DES HOMMES

***

LE LIEN

 

https://www.france.tv/france-5/sale-temps-pour-la-planete/sale-temps-pour-la-planete-saison-12/651601-corse-une-ile-en-surchauffe.html

 

 

Nous ne  sommes plus dans les clichés d'un certain vendeur d'images à l'encan... ! Reportage objectif, excellent, au plus près des réalités et, qui ne craint pas de mettre en évidence  un certain nombre de paradoxes. Démarches et reportages in situ désormais éloquents, enjeux redoutables et défis qu'il nous faut relever en redonnant à la valence NATURE toute sa place et son rayonnement pour suivivre, poursuivre sur la voie d'un tourisme  et d'un développement à 100 % maîtrisé et per-durable.

Le beurre et l'argent du beurre : ce n'est plus possible !  eût égard  aux larmes de crocodiles versées lorsque la mer monte. Si la mer monte, la terre recule, mais le  principe et les vérités de la plage ne disparaîtront jamais si tant est que le milieu et l'espace naturels arrières, en amont  le permettent toujours et encore !

Alors, puisque  l'on ne peut pas endiguer la montée irréversible de la mer, reculons et laissons  aux domaines  actuels toutes les possibilités  et les chances de se reconstruire. La mer aura toujours fluctué selon les époques et les ères, des périodes aussi  plus ou moins longues ; cela n'aura pas empêché l'interface Mer / Terre de se reconstituer, avec brio et surtout  durabilité ...

Ne plus réitérer toutes les erreurs passées,  idem pour ce qui concerne le bassin et le lit des fleuves, des torrents de nos montagnes.

Ce qui peut avoir été défait, occupé,   serait  en Corse vite recouvré si l'on considère la rapidité avec laquelle  les phénomènes naturels interagissent. Exploitons ce potentiel inestimable géologique, hydrolique, morphologique ! 

Enfin, savoir que les digues et ouvrages réalisés il y a des décennies doivent disparaître, afin que  toutes les portions littorales soient débarrassées de leurs complexes et structures anthropiques déviant les courants et tous les apports, fluviatiles et maritimes.

Oui, nous sommes confrontés  depuis déjà un certain temps à des extrêmes climatiques dont  les moyennes des indices ne reflètent pas localement  le réel ; il est des zones, des territoires bien plus impactés. L'urgence menace et  l'inertie ou l'inaction  seraient nos pires ennemis.

 

IL Y A DES SOLUTIONS IMMÉDIATES TRÈS EFFICACES ! MAIS LARMOYER EN ENLAIDISSANT

A OUTRANCE CES PORTIONS HORRIBLES DE LITTORAUX DÉFIGURÉS 

ÇA SUFFIT 

!

CORSICA...GO56

 

 

DIGUE_SUR_LIDO_ET_GRAU__A_ENLEVER_

 

Graux, embouchures déviées, digues, enrochements immergés, amoncellements artificiels énormes métamorphosent et dévient  le cours naturel des acquis durables du Milieu. Il est impérieux de tout enlever : urgences !

_________________________________________________________________________