DESASTRES_VIGNES_GERS_SEPT_18

GERS / Désastre dans les vignes. Des orages  d'une violence  -  fréquence -  durée inédites. 10 / 20 Cm de grêle par endroits, des grêlons de la taille d'une   orange, des vents  à plus de 140 Km/ h,  des Arcus, des Cumulonimbus d'une autre ère ... Tous les signes des extrêmes climatiques sont  dans le rouge, chaotiques, imprévisibles quant à l'ampleur des phénomènes, des inondations récurrentes. Le climat va engendrer des désordres d'ordre social et économiques majeurs, insurmontables : question de quelques années, pas plus, 2030, qui sait, avant certainement, tout va trop vite, finira par dépasser les inconscients aux commandes de l'esclavage moderne - 

***

 

LA NOUVELLE DONNE 

 

Voilà des mois que la Pression Atmosphérique  ne varie que  de +2  à  -2 mmHg / normale au niveau de la mer ! La situation devrait perdurer au-delà des prévisions  hautement numérisées, entre surchauffe  obstinée et épisodes orageux tenaces, récurrents...

Des ciels qui ressemblent à rien, hybrides, mondialement modifiés dont les étages nuageux  bas - moyen - haut s'entremêlent, s'interpénètrent entre des couches de pollutions puantes  et avérées.

UNE  SITUATION BLOQUÉE  =  GRAVE PROBLÈME

 

Le toit des mondes est infecté, pollué. Sachant qu'il n'y a pas d'évent, la cloche  se  remplit, les fumets contaminés   se répandent et retombent sur  terre et  sur les Océans acides, sans connaître de frontières.

Il ne faut pas sortir de la cuisse de Jupiter pour lever les yeux et constater l'écart aux décennies passées, pour la même époque, quant aux indicateurs de clarté, de transparence, de spécificité d'ordre  météorologique et sans interférences humaines. Ils ne sont hélas !  plus que lointains souvenirs !...

Descriptif  édifiant et qui le nie  réfute arbitrairement, sectaire,  le triste constat de  tout ce que nous aurions perdu, ici, sur notre Île et ailleurs. Voilà plus  de quarante années que nous relevons des indices, des faits, des observations, des manifestations inhabituelles et menaçantes qui confinent à l'alerte, l'urgence. La situation aura radicalement changé. L'ordinateur s'en accommode si mal, pléthorique, réducteur au gré des intérêts de la nouvelle grille polluée !

Une patate, un mastodonte anticyclonique, un dôme gigantesque de hautes pressions centré  sur l'Europe de l'Ouest et de l'Est, stable, inamovible ; on ajoute à cela une masse colossale de gaz à effets de serres (  GES ), de plus en plus épaisses, exacerbant le rayonnement solaire, la surchauffe des terres et des mers, en basses couches.

Quelques ondes et fronts orageux se glissent entre le continent et l'air plus froid en altitude et nous nous trouvons au coeurs de lignes instables  d'une toute autre dimension, inédites.

Passés les orages, la canicule diurne, les pics de chaleur reviennent et le cycle infernal recommence, dans des ciels chaotiques, délavés, sans contrastes, sertis de franges orangées, serpillières célestes, miasmes civilisationnels conquérants les hautes sphères et l'atmosphère.

Insoutenable, insupportable situation. Après la curée et la grand messe estivale mondiale, ces concentrations  et ces migrations humaines motorisées irresponsables, la machine infernale s'emballe et prépare le nouvel été 2019, certainement  plus torride. L'esclavage est planétaire, suicidaire ! 

 

 LA FIN DE L'AUTOMNE MÉTÉOROLOGIQUE ET L'HIVER RÉSERVENT DES SURPRISES DE TAILLE

______________________________________________________________________________

Car  nous disons aux Météorologues de nous expliquer et de nous dire ce que deviennent les Nuages Jaunes Chinois, Indien, Parisien, Mexicain, etc ... de Pollutions majeures ; ces volumes colossaux de gaz interfèrent-ils avec l'air atmosphérique d'antan, d'avant la révolution industrielle ? Oui ou Non ? 

______________________________________________________________________________

Doit -on assujettir  le marais, le marasme  barométrique anticyclonique  que nous connaissons depuis des mois  aux seuls centres permanents météorologiques en place et indéboulonnables ? Certainement pas, ou alors, le contexte serait tout à fait exceptionnel ou nouveau ! 

Nous pouvons affirmer, avec consternation, que le cours  et les manifestations de nos saisons changent de visage, d'aspect, de transparences et de clartés, que nous soyons en mer ou vers l'intérieur des terres, en montagnes, fussent-elles les plus hautes.

Ce que nous dénommons " Cinquième Saison " est en marche, à l'instar de 2017 qui vécut  en Corse ses premières averses  de pluies vers la Mi-Novembre, à l'issue  d'une sécheresse inouïe ! 

L'urgence climatique  impose un ralentissement drastique des émissions de déchets, à tous les niveaux de l'organisation et de la production des hommes, un retour  aux dimensions humaines et écologiques de l'exploitation et de l'entreprise mesurées, ramenées à la raison, aux nouvelles proportions de la sobriété.

Il est vain et illusoire de poursuivre cette frénésie de Production / Consommation tout en prétendant  amoindrir les causes et les effets du réchauffement et du  dérèglement dont nous sommes les seuls responsables ; nous dénonçons les politiques aux commandes  des stratégies politico-financières et exclusivement   économiques. 

Entre la Dette écologique et l'Inertie que nous affichons au niveau  de tous les rejets, l'avenir  s'enténèbre dangereusement ! 

Développement et Écologie seraient compatibles si et, seulement si, telle une équation mathématique portée et résolue  par tous les états se limitait  à  concevoir  la suite à l'aune  de l'exigence écologique, durable, transversale, préalable à tout autre cercle d'influence 

 

 

A SUIVRE  PARTAGER  DIFFUSER 

LA CHRONIQUE CLIMATIQUE  PAR  CORSICA...GO56

 

___________________________________________________________________________