BALEARES_OCTOBRE_2018

Catastrophe aux Îles Baléares  

 

BLOCAGE MÉTÉO / CLIMATIQUE

 

UN CONTEXTE NOUVEAU

 

Nous devons cette situation catastrophique en Méditerranée, - Toute la Méditerranéen, selon  les épisodes de type Méditerranéen exacerbés que nous connaissons   -,  aux Extrêmes Climatiques  qui frappent  les  régions du Monde et,  de plus en plus souvent, en toutes saisons... Nous n'échappons pas à la

 NOUVELLE DONNE CLIMATIQUE 

 

Dans le cas qui nous concerne et pour lequel, dès le mois de Juillet 2018, nous annoncions et prévoyons la virulence anormale  à venir, pour l'automne 2018,  de tels phénomènes sur zones du bassin Méditerranéen Occidental ! 

Il s'agit, au premier chef,  d'une situation de Blocage Météorologique due aux centres permanents  régissant l'évolution récurrentes des systèmes perturbés en cours et tenaces, en basses couches, alimentés en surcroît par des remontées d'air chaud depuis le Sud du Bassin.

Peu de flux d'ouest océaniques  et,  quand ces derniers parviennent à traverser le pays, la situation antérieure se rétablit imméditement : d'où un marasme inquiétant ! 

En effet, les situations de fronts orageux  impactant les zones marines du Bassin Méditerranéen Occidental, témoignent de plus en plus, tandis  que nous allons vers l'hiver, d'une frontologie extrêmement active, percutante, imprévisible quant à ses manifestations hors-normes.

Les eaux de la Mer Méditerranée sont excessivement chaudes, sur une profondeur conséquente. Ainsi, a Méditerranée active un ensemble de sources d'énergies que les chaleurs diurnes rehaussent. L'air progressivement  plus froid en altitude - goutte froide - activent  de redoutables "  turbines et bombes " thermodynamiques, évoluant peu et se ré-activant...

Notons l'Accident Climatique survenu sur les Îles  Baléares, le Sud de la Sardaigne, la Sicile et qui accrédite le constat. Au coeur de la Méditerranée, le contexte parvient à son paroxysme, sous réserve de complications ultérieures.

En Corse, les vents à venir, l'hiver notamment, risquent de dépasser très largement tout  ce que nous aurons connu auparavant et constituer alors de réels dangers sur zones habitées 

LA NOUVELLE DONNE  / S'ADAPTER _ RÉAGIR

 

Nous n'en finirons plus de connaître de tels épisodes, de plus en plus étendus  et dévastateurs ou alors disséminés et catastrophiques suivant les latitudes, les reliefs, le littoral  ou en mer, ( ÎLES ), enfin tous les agents et facteurs aggravant de telles configurations atmosphériques et terrestres - Interactions destructrices  - Qu'ils soient

MEDICANE, ÉPISODE MÉDITERRANÉEN, CEVENNOL, CYCLONE MÉDITERRANÉEN

 

 il convient d'accréditer le fait que la période devient  à l'instar de celle des cyclones dans l'Atlantique Nord, à surveiller de très près Une  réelle constante à prendre désormais en compte par les autorités...

Il devient impérieux  de  s'assurer de  toutes les mesures visant à garder les populations chez elles,  dès les premières alertes météo  critiques émises, mais également de ne pas les exposer aux trajets professionnels et scolaires, le temps  des intempéries majeures annoncées.

Enfin, nous le répétons encore et toujours :  que chaque commune, groupe de communes, ville,  mettent en place et active un plan d'urgence catastrophe naturelle par les eaux visant en amont à

-  réhabiliter et nettoyer  tous les rus et cours d'eau existants  allant vers la mer mais également de concevoir un dispositif d'urgence d'évacuation des surplus de précipitations dus aux crues anormales : 

points de captage, sur-dimensionner le diamètre des buses, enfin un dispositif moderne, intégré, évacuant les eaux en tous points préservant la sécurité  en agglomération et dans les villages, sur le réseau routier...

A ce titre, un effort sérieux doit être porté à l'état de propreté des routes et des communes afin de ne pas engorger  et boucher tous les types d'évacuations, comme cela se voient, un peu partout, hélas