A_LA_FOLIE__MISHRA_

A la Folie -  Oeuvre  MISHRA

 


Verse dans l'étant 
un nuage d'écume frangé  de rêve
Songe que l'instant tutoie
l'éternité quand fleurissent   de chemins 
la pensée      le poème
au printemps de l'être
aux mondes
qui se redécouvre
comme il renaît  tardé

Mets de la couleur
aux sons caressants de la lune
autant de parfums     d'accords  et de  reflets 
dont les vires
de hautes lices
coudoient le lys des sables 
et le pavot
flavescent des dunes

Cueille un brin d'humilité
au galbe     à la chevelure lactescente
de l'onde secrète
que d'aucuns ignorent
d'ignorer      Évoque ainsi et encore
le Poète-chanteur des îles
sous le vent      qui nous manque tant
et qui nous aura quittés           trop tôt

Préserve tout surcroît de mental sain
allants te définissant
en cet univers létal
et de métal froid
en  canicules infernales
qui auront un jour raison
du chant général
de la terre    de la mer et     du Ciel

Garde  le cap    au Ponant
Supporte  l'hiver        endure l'univers de toutes les rigueurs 
Du lointain Levant au firmament 
petit Prince    deviens 


Mille levers     mille couchers de soleil
irradient ton  dernier exil 
Remonte le cours des vents
suis le faisceau de lumière
qui parfait la nuit obscure
l'aura
constellée  de tous les  possibles 

Éploie  les  voiles
d'un mystère ailé qui divague
et vainc  les maux


L'alme dérive
à l'énigme    s'ente
au-delà des jours       océanique
à l'entour de la voie
Lorsque s'élève l'encens  
des brumes aurorales 

Remets-t'en à  l'obscure clarté  
aux musiques de l'âme
Sombre et vire encore de bord 
Reviens-moi comme au temps sublime
de nos  penchants    _    de tes folies  
qui nous absentaient de la torpeur
Laisses - y  ces soupçons de présence 
après la mort  en effleurant
les contours des ciels hermétiques
peuplés d'étoiles

Déverse sur le cloaque
l'acide et le pus pervasifs 
de la rumeur   de la cabale
dont les silences félons
cousus d'ors et de mensonges
auront grave-ment nui
au lent décours de la nuit pathologique 
Schyzo-Frère       poursuis
inocule-toi une dernière fois
le temps d'une escale 
les alcools oniriques tissant
les vagues beautés  des îles

                          !

- MARIN -  

A la Recherche du Temps Perdu  

2 ème Ecriture le 14 Juin 2021

 

________________________________