PHOTO_DU_MOIS_D_OCTOBRE_2018

 

 

Elle sera pour cet amoureux de la glisse qui  évolue sur fonds de terres pétrées, en guise, en quête  de silence absolu ; une aile, une lame qui fend le flot, sans aucun autre  bruit que le chant du vent que lui accorde liberté ,vitesse, innovation, hors des sentiers battus, mystérieusement suspendu dans les airs.

La pesanteur n'est plus ! Mais de l'apesanteur, ici-bas, sur Terre, de cette légèreté  qu'une aile esquisse sur l'azur confondu du ciel et de la mer, là-bas, vers l'horizon ou à portée d'une main caressant l'eau, sans fin  !

Rendez-vous dont nous retraçons ici, humblement, les circonstances. On eût tant souhaité être de cette partition, de ce pacte que le génie de l'homme  signe, eût-il été  dans les termes de sa concrétisation aussi propre et durable pour la planète que l'aisance et la fluidité de l'aventurier épris de grands espaces.

Qu'il lui soit encore donné de respirer de tout son soûl l'air salé  et iodé de la mer, de la Grande Bleue !  Le navigateur ne verra certainement pas cette image saisie au vol, hélas !  Et pourtant, elle ravirait, comblerait  en lui  ce supplément d'âme qu'un  retour sur soi assure en chemin vers  la voie,  en esprit ! 

Amies ( s ), lectrices et lecteurs, partagez ce texte  : Tel un message à la mer destiné aux sujets ci-présents réunis dans le cadre de cette modeste photographie, partageant en se croisant, sans se connaître un pan d'éternité ; ineffable harmonie...

Dieu  que l'Azur est précieux, fût-il impalpable, si dense, tous les deux tellement profonds ! Et de glisser ainsi et si haut, au-dessus des flots, s'affranchir de toute traînée durable, pesante ! Icare n'est vraiment plus très loin...

- MARIN - 

A TERRE