URIENTI_SPOT_SOLO___EXTR_ME

 

Au hasard       un reflet  ondé
la moire  écumeuse  trahissant l'écueil 
Ainsi  s'ouvre  le chemin
de vérité  qu'il cherche éperdument 

_________________________________________________

 

Dans sa superbe bleu-turquin   l'horizon
est à la Tramontane
aux lointains des vents de Borée      ailant les îles
devers le choeur tonnant de l'hiver

Qui délinée    là-bas      comme un ailleurs
qui dévoile ces soupçons d'infini
l'étreinte hermétique
d'un étrange triptyque

?

___________________

Aucune apparence
mais un - signe sé-mantique
une gestuelle éperdue
Guises    dont le sursis  se devine

Il glisse et s'ente  aux silences d'une présence
comme  vogue 
au gré des vagues de dunes
le croissant de lune  qui mène au puits

L'immensité     vaguement
ondoie         Dédaléenne  labyrinthique 
Et les îles  brisent   à la dérive des  courants houleux
exhortent à l'humilité hauturière

La solitude en partage
l'oiseau exulte       de passage
comme lui       libre            ivres de vent
ne laissant aucune trace              dans la souvenance des terres éveuses

Il dit embarquer    s'allégeant
toutes les fois  à bord
de la haute mer     au Levant
qui distance et qui      enfin       l'absente

Au mirage qui  emporte      à la vision
allant au diapason de l'appel
du Peintre luministe fabulant
le vélum retissu et le dais des azurs

A demeure     à la semblance de l'hôte
des îlets        qui s'esseulent       Il sait
que rien       en l'instant fusionnel
ne rompt au mutisme  numineux   de l'exil

Que les fols embruns marins  
à la cendre     déjà      se mêlent 
soulèvent     la chape de l'énigme
s'animent  à l'empenne paréidolique des vagues

 

§

- MARIN - En cours d'écriture pour

AGAPE - PARANOÏA - PSYCHÈ