URBANISME_ANARCHIQUE__MENACE_

 

 

DES DISPOSITIONS  QUI VALENT  LÉGITIMITÉ / SOUVERAINETÉ 

 

Lorsque l'on pose en préambule et comme préalable incontournables  les principes naturels imprescriptibles qui régissent l'évolution, l'érosion, les métamorphoses de notre environnement physique et de notre cadre de vie  alentour, hors interventions humaines, tout devient plus clair, transparent, évident et juste !

Aucune polémique, encore moins de rivalités, de divergences, de calculs politiciens ou partisans, de luttes d'influences et de pouvoirs intrinsèques. L'harmonisation émerge et s'érige en directives concertées efficaces sur le terrain.

Tous les niveaux de l'organisation des hommes en sociétés se coordonnent, co-habitent et génèrent une seule et même dynamique de projet soumise à toutes les formes positives de ré-adaptation, selon les leçons d'expériences établies  à travers les domaines  suivants 

// 

Développement durable et propre, Préservation-Prévention, Protection et Sauvegarde, ( Sanctuaires - Parcs-Réserves-Domaines ), Adaptation aux manifestations du Dérèglement  Climatique en Marche, Anticipation pour la ville et selon  les extrêmes climatiques de demain 

***

 

La Nature, l'Etant, considérés et appréhendés, reconnus en tant que vérités légitimes et perdurables, au-delà de tout, mettront tout le monde d'accord au regard des points d'entrées  de l'Île de Corse dans  la modernité et un  développement futuriste et prévoyant,  afin de ne point et jamais démériter face au Patrimoine commun universel ou local, à l'acquis qui est le nôtre, à ce don des dieux  que constitue l'Île de Corse. 

Ces principes et les axes de travail dialectiquement réfléchis qui en découlent devront être les garants d'un développement respectueux de la terre, de l'Interface Terre / Mer, de la Mer dans son ensemble et son intégrité, du Milieu Montagneux et Rural

Tendons vers l'Exemplarité Insulaire Méditerranéenne, ( l'usage des majuscules est révélateur de l'importance que ces zones revêtent ) 

!

 

LA SEULE  ISSUE POSITIVE  POUR DEMAIN 

 

Dès lors que le Politique, lors de la prise de décision ,  s'en remet au Collège de scientifiques, de chercheurs, de techniciens, d'ingénieurs  et de paysagistes poursuivant, -  sans fin ni détour à satisfaire - ,  la démarche, jouant la carte du respect, de l'intégration, de la préservation, de la protection, enfin de la réhabilitation de tout  ce qui  aura été souillé, défiguré, annexé à tort et selon l'opportunité  du passe-droit qui a régné en maître absolu pendant des décennies ! 

Oui, Réflexion, Démarche, Garde-fous, Totale osmose et symbiose avec  les éléments de cette Terre qui nous abrite et nous nourrit, sans que nous fussions devant les faits accomplis de la destruction massive, de l'occupation démesurée, du travestissement total de l'Environnement via les voies du tout béton et de l'accaparement anarchique et tentaculaire des derniers arpents de territoires.

DES GAGES 

Une seule et unique garantie  / Voir notre Île  à l'abri des appétits voraces importés, de la modernité uniformisatrice. Une modernité standardisant à l'envi  les modes de vie, et, de là, le développement aveugle,  n'ayant comme seule finalité et souci : l'appât du gain, les gigantesques bénéfices et profits : mais à quel prix ?

DÉNATURALISATION      /    

 

 

Que devra encore supporter notre Terre de Corse, laissée, abandonnée, livrée aux menées exclusives  de l'argent fou, quand  les garanties d'intégration au patrimoine naturel s'effritent de jours en jours de façons si visibles et quotidiennes !

A l'instar du dérèglement climatique, combien de temps notre Île absorbera-t-elle l'inacceptable urbanisme tentaculaire avant que d'être en majorité vendue à l'encan à tous les pôles d'influences lourdement argentés

Il ya tout de même des limites à ne pas dépasser, des mesures à prendre susceptibles d'encadrer et d'orienter les termes d'un développement  qui s'affole et qui prend de cours la conscience collective.

 

ANTON-PASQUINU D'ATTALA