COTE_EST_CORSE_SUD_

 

Les plages des clichés sont submergées ! Quelques murs de propriétés aux emplacements illégaux  et aux  limites douteuses résistent  si mal qu'ils entachent la désolation. Le Coup de Temps et de Mer rétablissent les droits imprescriptibles  de l'interface Terres / Mer, le respect qui se doit en pareils lieux et sites !...

Le sable est sous l'eau, la dune  : littéralement rongée ! Les barbelés  affleurent, les piquets traînent déjà  à la dérive des courants de baies déviés par le béton, le parpaing, le parking de tuf enroché... Ganivelles arrachées. Les vagues arasent l'espace arrière de la dune conquise par le passe-droit et viennent chercher leur tribut de sable à dévorer sous les pins parasols vacillant un à un !...

Combien de débris rompus, de détritus de l'été, de tôles envolées jonchent le domaine maritime délaissé pour l'hiver, au milieu des caravanes renversées, des cannisses déchiquetés, des bidons vides, des toiles sales battant aux vents, des rebuts, des racines flottantes, des  plastiques oubliés ou resurgis des strates d'algues malmenées, etc !...

Consternation // Ouvrez les yeux, Mesdames et Messieurs et découvrez avec le coeur et les yeux

 

"   ADRIAN 

 

LES LEÇONS  D'EXPERIENCES  INCONTOURNABLES  DE  L'ALERTE  CLIMATIQUE

 

CE N'EST PLUS UNE TEMPÊTE 

 

PRÉAMBULE 

 

Une violente Tempête, à Ouragan de secteur SSE à SSW - SW balaie le Nord du Bassin Méditerranéen Occidental : " ADRIAN " ainsi nommée, aveugle, impitoyable, qui ne fait pas dans détail avec tout  ce qui jouxte et colonise les rivages de la Mer qui lui sont familiers, qui lui appartiennent depuis toujours, quoique l'on puisse dire, affirmer.

*** Il  y a les dégâts intérieurs, survenus et observés à distances respectables de la mer, des cours d'eau, dans les terres qui nous affectent et nous peinent quand frappe le sort, au hasard des violentes  intempéries...

***       Mais il y a, hélas, le bâtis s'appropriant le domaine public maritime, juché à quelques mètres de l'eau, sur les dunes ravagées, occupées, mal défendues par des ouvrages sauvages inefficaces, aggravant l'érosion

Car tout ce qui aura été détruit par cet épisode d'une violence extrême, l'aura été par infraction de position ; l'homme, le locataire qui s'approprie le domaine maritime,  désormais,  ne doit plus  se plaindre face aux dégâts matériels causés par de telles énergies naturelles. Il lui faut  reculer et laisser les marées de tempêtes recouvrer ce qu'elles auront perdu de territoires, reconstituer un tout nouveau domaine.

L'homme a bouleversé la géologie et la géographie physique de façon irréversible.

REMARQUE 

Les éléments déchaînés, la Nature, sont plus forts que les animaux. L'homme les aura tristement vaincus,  soumis,  éradiqués par la cruauté, la force, les massacres, l'extinction inéluctable des espèces.

Quant à la Forêt, elle  se laisse aussi aisément  abattre. Mais les éléments, la Nature, le milieu physique  sont les témoins de cette odieuse OPA sur la Terre, la Mer, Les Océans. Ils réagissent avec les ingrédients que nous leurs livrons ; et, dans ce type de confrontations incontrôlables, le " Ciron " Pascalien, n'en sortira cette fois certainement pas vainqueur.

Voici un long préambule qui situe la nouvelle donne, la nouvelle grille, les limites évidentes d'une Civilisation en situations de déclin, parce que sciant la branche sur laquelle elle se trouve juchée : Sursis inéluctable et chaotique avant les cataclysmes

!

TIRER  LES ENSEIGNEMENTS DE CETTE REDOUTABLE  SEMONCE 

 

"ADRIAN  ", à l'instar de " MARTIN ", en Décembre 1999, vaut semonce, alerte déterminée à marquer les esprits ! Hélas ! seuls les victimes et  les proches, les sinistrés,  réagiront, appréhenderont cet effrayant phénomène que l'on nomme MEDICANE, ou Cyclone Méditerranéen ...

Une profonde Dépression à coeur chaud, suralimentée  en  chaleur / humidité,  canalisant une masse d'air lancée violemment à la rencontre d'une autre masse d'air froid, dévalant en provenance des pôles, depuis le Sud de la Mer Méditerranée.

Plus le Fetch* est grand, -  ( distance sur laquelle souffle un vent de même secteur ) -, plus la masse d'air à l'avant se révèle vaste, plus la confrontation avec l'air froid, -  lui aussi  étendu-,  sera violente, brutale et, le relief atmosphérique important, - ( Différentiel de Pression ).

 

LOCALEMENT EN CORSE

On peut également mentionner l'importance des reliefs et des dénivelés de l'Île de Corse qui agissent tels de véritables accélérateurs et amplificateurs de réactions de type Thermodynamique,  très puissants. La perturbation prend dès lors plusieurs caractères : orageux, vents violents, précipitations anormales, contrastes thermiques générant trombes et mini-tornades dévastatrices, effets de Föehn, vents dits catabatiques qui dévalent des montagnes, les vallées encaissées en furies, - ( Cap Corse / Bastia ).

Le complexe " ADRIAN " aura dépassé toutes les amplitudes à ce jour connues : 

Géographiques, Thermiques, Frontales, dynamiques et cinétiques, ( violent et rapide flux de Sud ), dont la  perturbation associée au MEDICANE, à  l'épisode Méditerranéen, au coup  de mer exceptionnel  que l'Île de Corse a connu. 

" ADRIAN " a donc cumulé et mis en interaction toutes les sources  et les causes d'un épisode inédit, d'où l'ampleur des dévastations ! Il aura pris son temps pour tout balayer.

 

DES SPÉCIFICITÉS ÉLOQUENTES 

 

Les vents de SUD prennent en Corse, dans la majorité des cas, une valence SSE  et / ou  SSW, évoluent  vers les secteurs SE et / ou  SW, balayant donc l'Île de part et d'autre, du Nord vers le Sud,  lèvent une mer anormalement grosse, principalement à l'Est et à l'Ouest, parages Golfe de Valincu jusque vers le Cap Corse à l'Ouest et, dès le Grand Sud-Est vers le Cap Corse  !

On peut retenir des amplitudes de Marées de tempêtes et de sur-cotes jamais observées ; d'où les submersions littorales actuelles.

Nous pouvons d'ores et déjà affirmer  que ce type d'évènements recommencera. Ils seront plus  fréquents, plus violents encore, sachant que les vents dont l'Île de Corse peut craindre les pires effets considérables pour l'environnement marin  s'établissent comme suit : 

A  l'Ouest : Le Libecciu ou le vent de Secteur  SSW à SW et, à l'Est, son homologue, le Vent d'ESE à SSE, chaud, humide, levant une mer grosse. En effet, les Fetchsrelatifs sont à l'Ouest les plus importants, peuvent couvrir près de 1500 Km, depuis Gibraltar, Annaba, le Maghreb, pour un seul et même secteur de vent !  

Quant aux vents d' W à  NW et de NNE   à NE, fussent-ils forts à violents, ils glissent davantage le long de nos côtes, du Nord vers le Sud. Les reliefs, l'orientation du trait de cotes, des baies et des golfes, constituent une défense géographique locale non négligeable. Et même si les houles peuvent être conséquentes, elles impactent moins les rivages, qui se reconstituent encore et résistent mieux, - pour l'instant - .

 

LE PROCHE AVENIR EST SOMBRE 

Nous pouvons déjà prévoir une destruction à terme et  totale des infrastructures littorales existant à ce jour, par  incursions et submersions  de vagues plus hautes et massives dans les cités de  bords de mer.

Les rafales encore plus violentes et des trombes marines seront en nombre croissant,  ( dues aux chocs thermiques brutaux et soudains ) ...

Quant aux plages, nous vîmes, hier, se réaliser sous nos yeux, le scénario des toutes prochaines années, soit la submersion totale des plages exposées de la Côte Est de l'Île de Corse, du Sud au Nord, sans exception, surtout si l'homme continue de se les accaparer. Les éléments vont le mâter, tôt ou tard !

 

FACTEURS AGGRAVANTS ET CONJUGUES 

Pression atmosphérique ultra basse, mer chaude, ouragan ou MEDICANE, contexte dit de COMBO, soit de rencontre des houles respectives associées et conjuguées  à des vents de secteurs différents, profonde dépression et fortes activités pluvio-orageuses, grains sur-puissants en mer, mer chaude,  tout cela participent du gonflement de la mer poussée, - en regagnant le Nord du Bassin Méditerranéen -, par des vents de plus en plus forts, aux rafales redoublées, ( levant des mers très grosses au large ), et dont les houles, après le passage du Cap Corse, s'additionnent  en se précipitant vers les côtes de l'hexagone.

 

HUMILITÉ     SANS     AFFRONTEMENT     NI     RÉSISTANCE 

 

L'homme sera et restera  impuissant face à ce déchaînement des forces de la Nature que le dérèglement climatique réveille et révolte ! Il ne  lui servira à rien de tenter, de vouloir s'opposer à pareils déferlements  de colères ; il connaîtra sous peu son vrai maître et pliera ! 

Il dressera des remparts et des digues plus hautes ... Mais la beauté, le charme, l'exception environnementale insulaires auront irréversiblement disparu, deviendront artificielles !

Que les élus, les autorités assurent, assument, prennent leurs responsabilités et désormais jouent les cartes de la sagesse, de la prévention, de la sécurité, de la loyauté envers la Nature et le cadre de vie en rétrocédant ce que la modernité  leur aura hélas  trop vite volé, enlevé, en les moindrissant. Une nature déstabilisées, au final :  fragilisée, métamorphosée, occupée à tort et à travers, l'habitat et le commerce  jouxtant ce qu'il reste de plage.

Que voulons - nous ? Des plages défoncées,  maculées de débris, de déchets, de gravats, de charpentes broyées, d'ordures et de rebuts abandonnés sur les dunes, aux abords des paillotes  les pieds dans l'eau, des matériaux en tout genres, des caravanes  dont les assauts de la mer en furie auront parsemés, enfouis, déplacés les débris  vers les terres ...! 

Des plages temporairement mal enrochées et dont le sursis imminent ne cache plus leur  disparition programmée depuis que mille erreurs  et manquements auront été commis au nom du profit, de l'argent-roi, du cliché éphémère

LES_ASSAUTS_DE_LA_MER__ADRIAN_