MANIF_ET_VIOLENCES__POLICIERES_

 Récupérations - Déstabilisations douteuses - Envoi des forces de l'Ordre  et interventions musclées - Dérapages - Diaboliser le  mouvement légitime et les manifestations  d'un  ras le bol  général -  Malaises -  Réactions face au vol légitimé  et au RACKET  national sur les carburants, " désinformation ou focalisation des médias sur l'évènementiel immédiat des " casseurs " masquant les doléances légitimes des Gilets Jaunes

// 

Une situation explosive dans les milliers de communes et abords ! Témoignage d'une situation  de tensions inédite. L'état va jouer sur  toutes les divisions possibles, tenir ferme par la FORCE, orchestrer l'aumône et palper copieux sur  le nombre en frappant

!

INACCEPTABLE    //  NOUVELLE TAXE SUR LE TRAVAIL ET LES REVENUS DES RETRAITES 

 

 

POINTS DE VUES 

 

OPPORTUNISTES ET RADICAUX  

 

La transition énergétique, s'impose, certes, c'est indéniable ! Oui, le Carburant à la pompe, pour les usagers et  la population active, les retraités,  représente aujourd'hui une taxe sur le travail insoutenable. On ne peut traiter le sujet au coup par coup, sélectivement suivant les secteurs d'activités, les catégories socio-professionnelles, le lieu de résidence, l'univers des  laissés pour compte et  honteusement pillés,  etc !...

MR AURELIEN BARRAU

***

______________________________________________________________________________

Oui les mondes souffrent, Mr Aurélien BARRAU , notre planète est au plus mal, certes !  Mais ce mouvement là ne peut être mis en balance avec un constat  déplorable. Il résulte d'un Vol, d'un Rapt  d'état qui s'enorgueillit de ce qu'il n'est pas capable ou disposé à faire : destituer les Lobbies  ! ou alors,  dans votre  tribune, fallait-il également taper sur les 150.000 vols /  jours des compagnies, les dizaines, les centaines  de milliers de navires en route sur les mers et océans, toutes les industries qui ne sont pas taxées à la hauteur des usagers dont les revenus passent des minima sociaux aux millions d'euro par mois. Il convient d'être juste et équitable, de ne pas faire d'amalgame culpabilisant la réaction " indécente ou paradoxale " de l'opinion, face à la taxe majeure sur le travail. 

Il ne s'agit ni  de mentalité, ni d'habitudes à combattre ou à renverser mais bien d'une adaptation  qui n'aura pas eu lieu aux bénéfices d'une rupture opportuniste et brutale qui convient à l'état,  pour  s'enrichir, en orchestrant un cerain nombre de mesures pilotées par le souci de l'argent: c'est  écoeurant !  C'est lui qu'il faut alpaguer ...

Vos comparaisons sur la bases du Smic des années 70, les comparatifs techniques auto  concernant les consommations, les coûts de revient de l'usage automobile ne valent pas. En 2012, l'état faisait l'apologie du Diesel ! Les termes de l'échange actuel relatif à la conversion sont inacceptables, les taxes majorées en supplément tout autant. Gouvernants et industriels sont en mesure de programmer sur l'existant des véhicules propres ; ils ne le font pas : à cela, 2 sources de profits clossaux sur fonds de culpabilité des usagers: 

Les Taxes exponentielles sur les énergies fossiles à destination exclusive des usagers, de la population active, - hors Patronat - état -, et  le respect des Lobbies auxquels se soumettent  les politiques

______________________________________________________________________________

 

Tous ces paramètres  seraient de nature à créer une diversion inacceptable qui sied en définitive aux comptables gouvernementaux en marche, en force et, les industriels - grand patronat - haute finance  ! 

Il y eut  un contexte favorable à la hausse du prix des carburants en station, depuis la hausse du  Baril, les conséquences des   relations  commerciales et  internationales fragilisées, exacerbées.

Mais  considérons au premier chef  l'entremise d'un opportunisme d'état exécrable qui  dissimule et programme arbitrairement,  tant qu'il le peut,  tous les mécanismes de la hausse des taxes sur les sources de l'énergie fossile.

Enfin, arguons du fait que la part allouée à la Transition Énergétique reste non seulement dérisoire et qu'il faille faire, contre mauvaise fortune bon coeur pour  la planète, subir, en masse.

Une attitude insoutenable dès lors que la France, via la croissance, la production, depuis les Accords de Paris en Décembre 2015 ne cesse d'augmenter ces émissions de GES !  Un comble, un pays  européen donneur de leçons et qui  se classe à la traîne des bons élève en ce domaine.

_____________________________________________________________________________

AU FAIT 

Au fait, les Entreprises à la traîne de la consommation d'énergies fossiles s'acquittent-elles de telles taxes ?  Les compagnies aériennes, maritimes, les usines, sont-elles soumises à la prime à la casse et à l'abandon de leur outils de travail  ? 

______________________________________________________________________________

 

LES TERMES DE L'ECHANGE  / UN DEAL INACCEPTABLE 

 

Mieux encore, l'incitation  à l'échange de véhicule s'interpose comme une manne gigantesque destinée à booster le secteur de l'industrie, - au demeurant,  sans surcroît  de créations significatives d'emplois -.

L'achat d'un  véhicule  d'occasion est un leurre dangereux... En effet,  jamais l'échange d'un véhicule neuf contre l'ancien ne sera favorable aux automobilistes, d'autant  plus que l'argus du modèle à  livrer à la casse s'avère être encore et souvent  bien plus élevé que  le montant actuel des primes cumulées et allouées.

Soit  une énorme arnaque, sachant que le conducteur aura à rouler encore sale, de plus en plus cher et, tout en  possédant un véhicule qui sortira  très vite des normes  anti-pollutions, à très court terme, du moins pour les plus petites bourses, avec encours de crédits à la consommation.

 

L'ENJEU    DES RESPONSABILITÉS 

 

Mais au-delà de ce contexte, de cet intermède délétère, de ponctions tout azimut et insolentes prélevées sur le pouvoir d'achat des français déjà malmené,  l'élite politique et financière culpabilise à outrance les usagers de la route,  pointe le faisceau sur  une attitude paradoxale  dont l'époque ne peut supporter plus avant les effets néfastes de l'énergie sale.

Nous devons jeter des véhicules acquis il y a bientôt six ans, - à l'époque plébiscités par les producteurs et l'état -, avec crédits en cours, pour une occasion incertaine, tout en continuant de payer la surtaxe, de polluer malgré tout ; une spirale infernale  graissant les tiroirs caisses de Bercy qui fait l'offusqué, joue la carte de l'intransigeance zélée, maintient le cap de la fermeté et, s'enorgueillit   ! 

Or, nous savons pertinemment que l'électrique polluera autant  que l'énergie fossile. Le  nouveau parc automobile dépasserait très largement, -   en demande d'énergie de recharge -,  l'offre actuelle distribuée par les géants du réseau et du marché de l'électricité ! 

Les tout récents moteurs diesel ne polluent quasiment plus, idem pour les modèles sans plomb. Et c'est sans compter sur la mauvaise volonté des  constructeurs et de toute l'ingénierie qui  ne proposent toujours pas sur le marché des dispositifs purificateurs, des kits anti-particules et anti-pollutions depuis longtemps existants, que chaque automobiliste devrait faire installer, pour validation  régulière en contrôle technique, avec obligation d'entretien  ou de changement régulier, soit un kit à  recycler  à 100 %, permettant aux véhicules de rouler à moindre coûts de pollutions, assurant ainsi une transition bien plus acceptable, moins brutale. Il est  une majorité de personnes  qui n'assumeront  pas de telles mesures radicales  et de mise à la casse.

 

CRISES TENSIONS  INÉGALITÉS DE TRAITEMENTS 

 

Le litre de gasoil sera  bientôt  et partout  à 2 euro puis, trois,  bientôt ! Tordre le coup aux  gens possédant également des véhicules  dont ils se servent peu, parfaitement entretenus, bien cotés et remisés en définitive au 1/4, 1/6 de leur  valeur marchande. Perdants donc sur tous les fronts ; l'état palpe, les patrons, les compagnies de transports terrestres   et aériennes également, bien moins mises à contribution !...

Une baisse du prix du  carburant  n'est  socialement et dans l'état des conditions de vie  pas tenable... Ajoutons les procédés de chauffage au Fuel, eux aussi désuets, à mettre au rebut,  toutes les actuelles utilisations de machines outils thermiques, les deux roues,  etc ! 

Une facture totale pour les ménages qui constituerait une baisse des revenus nets  imposables : drastique ! Est-ce possible, envisageable, sans aucune compensation  financière qui tiennent les engagements de l'équilibre et des termes de l'échanges équitables ?  

Le prix est  le même pour tous, quelques soient les salaires : est-ce normal ? Certainement pas !

Le gouvernement s'enfonce dans la brèche béante  ! Les petits et moyens salaires vont trinquer durement, soit la majorité des ménages. La taxe sur le travail n'a pas fini de grimper. Le dérèglement climatique a bon dos, quelle aubaine comptable et financière, quels profits et bénéfices à partir desquels les argentiers de l'état saupoudrent une aumône dérisoire par ci et par là, en vilipendant l'usager contrevenant aux Accords de Paris.

Lorsque on passe à la pompe 6 jours sur 7, outre l'usure et l'entretien du véhicule, les milliers d'euro l'an dépensés, le chauffage, le remboursement d'un véhicule qu'il faut maintenant remettre  à la casse pour des clous, il y a de quoi se révolter.

 

PARLEZ-NOUS DE DÉMOCRATIE 

 

Ils affichent la suffisance, l'assurance, la suprématie et la prétention  que leur procurent le commandement  des armes et de la force qu'ils lâchent telle la meute de chiens policiers. La Nation exulte mais le peuple souffre et peine, exploité dans sa grande majorité, humilié, rétribué au rabais. L'arnaque est à son apogée, lucrative à souhait quand rien ne revient dans l'escarcelle du pauvre qui éprouve les insultes   de l'aumône

 

IL EST ENCORE POSSIBLE 

 

Les Industriels ont les capacités d'amoindrir les effets néfastes de la combustion fossile des moteurs  thermiques, d'en optimiser les rendements à moindres coût énergétiques, de  réaliser des prouesses. Ils travaillent sur un concept ancien qu'ils savent  faire évoluer ... Ils maîtrisent le sujet, à l'inverse des balbutiements du moteur électrique autonome, encore trop cher, coûteux lui aussi en énergies ! 

Qu'ils s'investissent  et proposent, répondent à la commande de l'état en offrant  sur le marché les dispositifs adéquats, les structures de contrôles et d'entretien  susceptibles de réduire  considérablement  les émissions de GES et les micro-particules !

Si les  taxes minimales d'avant la hausse exponentielle et, non en proportions actuelles,  servaient à opérationnaliser  un dispositif  radical de filtration  du  parc autos / camions +++ Ferroutages, - par exemple - la population  réagirait peut-être  différemment, sagement, acceptant de fait une contribution à la sauvegarde de l'Environnement. Mais rien qui ne vienne du sommet de l'état, rien de tangible, de novateur et d'efficace.

Creuser le gouffre, exploiter cette manne inespérée pour les politiques  désastreuses couvrant bévues et erreurs de gestions phénoménales : l'Etat sait y faire, jette l'eau sale du bain sur les travailleurs aux abois qui viennent travailler en étant  tous les jours, lourdement et régulièrement  taxés ! On nous prend pour de serves idiots ! Le Patronat demeure et produit, intouché, servi, qui jamais ne manifeste en public et travaille à la sape sous cape...

Avez-vous vu les grands ponts de la Grande Distribution et du commerce de détail être Taxés par  unité d'emballag plastiques qui par milliards asphyxiant nos cours d'eau, nos  mers et nos océans

2 poids / 2 mesures

C'est inacceptable

!

DE LA PART D'UN GILET JAUNE